Loiret : le Département discute et vote son budget 2017

Dans un contexte budgétaire contraint, le Conseil départemental du Loiret débat et vote son budget 2017 (du 7 au 9 décembre) d’un montant de 666 M€. Le choix de hisser le niveau d’investissement à hauteur de 119,8 M€ est qualifié de courageux par Hugues Saury et sa majorité. L’agriculture ne sera pas abandonnée, avec 700.000 € d’aides aux investissements ; au total 1M€ d’aides directes aux agriculteurs.

Loiret conseil départemental
68 millions d’euros : c’est le montant que le Loiret devra supporter en lieu et place de l’État, qui ne finance pas la totalité des AIS (Aides individuelles de solidarité), 624 M€ cumulés depuis 2004 et le début des transferts de compétences vers les Départements. Hugues Saury, président du Conseil départemental du Loiret le déplore, ainsi que la « démarche confiscatoire » de la perte de Dotation globale de fonctionnement (DGF) de 9,4 M€ pour 2017 (-34,2 M€ au total entre 2014 et 2017), ce qui représente la moitié de l’épargne brute du Loiret.

Hugues Saury

Hugues Saury

Le chef de l’exécutif départemental déplore également ce qu’il nomme « la nationalisation d’une partie des budgets des Départements. Concrètement, les budgets de nos collectivités sont de plus en plus contraints par les conséquences financières pénalisantes de lois récemment votées ». Et de citer, par exemple : la loi Peillon, la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement (dont les décrets d’application ne sont pas encore publiés), la loi relative à la protection de l’enfance, les mesures gouvernementales concernant les ressources humaines. « Elles ont une incidence financière importantes sur nos budgets ».

119,8 millions d’euros en faveur de l’investissement

L’attention forte et la rationalisation des moyens de l’institution permettent, dès à présent, d’obtenir des résultats : la diminution de 12,8 % des charges à caractère général, en oubliant pas qu’une partie est liée au transfert de la compétence transport à la Région (en 2017). Les charges de personnels diminuent de 0,3 % malgré le coût lié au dégel du point d’indice (+ 800.000 €). Le récent rapprochement des centrales d’achats Approlys et Centr’achats permettra d’autres sources d’économie en mutualisant les achats gros volumes.

Choix d’Hugues Saury et de la majorité, proposé au vote de l’assemblée départementale : l’investissement va se hisser à hauteur de 119,8 M€ (+ 36 %), dont 64,4 M€ (+ 61 %) en maîtrise d’ouvrage, et 52,8 M€ au titre des programmes d’aides (+ 23,3 %). Choix qui laisse de marbre notamment l’écologiste Thierry Soler (élu de Saint-Jean-de-Braye), qui regrette « qu’on vote toujours les mêmes budgets, on met en place toujours les mêmes politiques, sans entendre ce que disent les gens à travers le vote extrêmes. Je crains l’année prochaine que les élections ne nous amènent de très mauvaises surprises ».

Aides aux agriculteurs en détresse, et anticipation des situations

Lors de l’ouverture de cette session budgétaire, la Loire et les inquiétudes liées aux inondations, toujours possibles, se sont invités dans les débats. Celle de juin 2016 n’ont concerné que les affluents… « Mais la Loire menace directement 80.000 habitants », a interrogé le conseiller départemental de la Ferté-Saint-Aubin Christian Braux. « Comment le Département se saisit-il de cette menace ? » H. Saury rappelle que les digues et levées de la Loire sont à la charge de l’Etat mais que le Département choisi d’abonder au budget de l’entretient et de leur renforcement, à hauteur de 2,1 M€ (environ 400.000 € par an). « C’était un principe que nous voulions, et même une démarche volontaire : quand nous mettons 1, l’État met 4. C’est un levier important. Nous sommes très attentifs aux risques liés aux inondations ».

La situation dramatique de certains agriculteurs du Loiret et de la région dans son ensemble préoccupe également le Département. Continuera-t-il d’aider les agriculteurs malgré le transfert de compétences ? Frédéric Néraud (canton de Courtenay) indique que « le Département entend être présent et participer à la cellule d’urgence mise en place par la préfecture, et au dispositif LEA (Loiret Écoute Active) qui permet de réaliser des audits et prévenir les difficultés des agriculteurs avant qu’elles ne deviennent dramatiques ». Le président Saury l’affirme : « le Conseil départemental restera aux côtés de la Chambre d’agriculture. 700.000 € d’aides aux investissements seront alloués pour l’agriculture car il est important malgré la crise de continuer à investir ». Au total un million d’euros seront consacrés à l’agriculture.

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail