Primaires citoyennes de la gauche : où et comment voter ?

La Fédération du Parti socialiste du Loiret a rendu public mercredi 7 décembre les modalités d’organisation des primaires citoyennes de la gauche, qui se dérouleront les 22 et 29 janvier prochains. 2 millions d’électeurs sont espérés au niveau national. 70 bureaux de votes seront disponibles en Loiret.

(de g. à d.) Nicolas Charnelet, Olivier Frezot, Gilda Putzu.

(de g. à d.) Nicolas Charnelet, Olivier Frezot, Gilda Putzu.

“Les primaires sont désormais inscrites dans les statuts. Elles auront donc systématiquement lieu. Il est impératif que les gauches s’organisent. En 2011, la primaire ouverte avait été un succès. Nous avons envie de redonner une dynamique”, explique le secrétaire départemental de la Fédération PS du Loiret, Olivier Frézot. Même si l’on ne connaîtra les candidats définitifs le 15 décembre prochain (ainsi que leurs représentants par départements), rien n’empêche de déjà se renseigner pour savoir où et comment voter, dans le Loiret.

70 bureaux de votes (voir ci-dessous), autant de présidents et un bataillon de bénévoles pour organiser ces primaires citoyennes, que Jean-Christophe Cambadélis (1er Secrétaire du PS) nomme avec romantisme “primaires de la belle alliance”. Un bureau de vote couvrira entre 5.000 et 10.000 électeurs, géographiquement il ne faudra pas faire plus de 15 km en moyenne pour y parvenir. 70 % des bureaux de vote ont été repris par rapport à 2011. Au niveau national : 8.000 bureaux de vote seront ouverts de 8h à 19h. En 2011 toujours, 24.000 personnes avaient participé à ces primaires, au second tour.

“J’espère que les candidats auront le sens du collectif”

elections urne votePour voter, il faudra – comme en 2011 et comme à la récente primaire de la droite et du centre – signer une charte d’adhésion aux valeurs de la gauche, et s’acquitter de… 1€. Soit moitié moins que la droite et le centre. “Nous voulons seulement rentrer dans les frais générés par l’organisation de la primaire, pas financer une campagne électorale du futur vainqueur”, précisent Nicolas Charnelet (élu de Jargeau et 2e secrétaire départemental) et Olivier Frézot. Gilda Putzu sera garante de la bonne organisation de ces primaires en Loiret, représentante de la “haute autorité” qui siègera rue de Solférino à Paris.

Sur l’agenda des militants de la gauche – pardon : des gauches : deux grands meetings départementaux dont les têtes d’affiches seront connues en temps et en heure : le 10 janvier à 20h30 à Orléans La Source (salle Fernand-Pellicer). Et le 18 janvier à Montargis (salle Henriet-Rouard).

Sur le fond, les trois protagonistes du jour n’avancent pas beaucoup de pronostiques. Il faut dire qu’actuellement la France nage plutôt dans du Pierre Dac (“les prévisions, c’est difficile, surtout quand elles concernent l’avenir”) que dans la science exacte. Les cow-boys solitaires Mélenchon et Macron ? “On a tout intérêt à ce qu’ils participent aux primaires !” souffle Olivier Frézot. “Le gagnant bénéficiera d’un souffle. Et on a vu qu’aux États-Unis, Sanders aurait pu l’emporter sans être adhérent au Parti démocrate. J’espère seulement que les candidats auront le sens du collectif, et que les électeurs choisiront le meilleur candidat pour la gauche“. Sur le retrait de la candidature Hollande ? “C’était une condition nécessaire. Est-ce que ce sera suffisant ? On verra”.

F.Sabourin.

Télécharger (PDF, 1.07MB)

Afficher les commentaires