Blois : “Doulce Mémoire”, un spectacle complet

Dimanche 27 novembre dernier, la troupe Doulce Mémoire, venue de Tours en voisine, s’est présentée à la Halle aux Grains archicomble pour redonner à Blois le spectacle déjà produit au Festival de Chambord en 2015.

Doucle Mémoire

Magnificences à la Cour de France (c’est son titre) s’est donné pour but de reproduire les spectacles  représentés devant François Ier et ses courtisans. Jeune, sportif, excellent danseur, auréolé de ses premiers succès militaires, le Souverain va demander à tous les artistes de sa Cour de participer à des fêtes somptueuses appelées magnificences, dont la singularité n’a d’égal que le raffinement. Fondé en 1989, Doulce Mémoire se compose d’une douzaine de chanteurs, danseurs et instrumentistes de très grand talent réunis autour de leur fondateur Denis Raisin Dadre. Dans le respect scrupuleux de l’iconographie, des traités de danse et des témoignages de contemporains, la joyeuse compagnie enchaîne des tableaux indépendants les uns des autres sur des musiques de Sermisy, Certon, Gervaise, Janequin, Attaingnant, pour n’en citer que quelques-uns. Pendant près de deux heures, il se passe toujours quelque chose, les enchaînements sont parfaits, le spectacle ne génère jamais aucune impression d’ennui. Très bien conçu, le programme imprimé fournit un luxe de détails concernant les artistes et la généalogie de Doulce Mémoire, mais aussi la Renaissance, période d’inventions, de voyages et de créativité.    

Perfection dans les moindres détails

Les magnificences n’ont pas de forme définie. C’est le tirage des cartes des tarots qui détermine le sujet et sa trame : telle est la fonction du Prologue. La Bataille conte comment les chevaliers jouent à la guerre. Dans le Jeu du Bouquet, un bouquet de fleurs passe de main en main, accompagné de chansons. Dans L’Enlèvement, la chanteuse victime de son gardien ne pourra être délivrée que par le chant. La splendeur de La Chambre du Roi est suggérée par une Pavane raffinée de Claude Gervaise. Dans Diane ou Vénus, laquelle obtiendra les faveurs de l’amoureux ? La Fête paysanne est illustrée de danses et chansons grotesques, parmi lesquelles l’inévitable chanson à boire de J. Arcadelt. La Morisque du Prix est organisée sous l’égide du Fou : qui remportera le concours de danse avec pour prix la couronne, l’épée, la pomme que tient la femme ? La Danse macabre rappelle aux humains qu’ils sont mortels. Le tableau final, l’Harmonie des Sphères, conte comment l’ordre du Monde est rétabli par la musique des sphères et la danse des planètes, recréant sur terre l’harmonie cosmique qui est censée gouverner l’Univers.

Le spectacle se distingue par sa perfection dans les moindres détails. Mise en scène habile, chorégraphies réglées au millimètre, costumes somptueux reproduisant soigneusement des modèles d’époque, éclairages visant à établir des atmosphères tamisées et des contre-jours très étudiés.  C’est très beau. N’allez pas entendre et voir ces excellents artistes, courez-y ! Il faut vous précipiter aux prochains spectacles de Doulce Mémoire, vous en sortirez avec des étoiles plein les yeux. 

Roger Bouchard.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail