Le serpent de mer “Miss et Thiennot” ressorti des étangs de Brenne

 Il y avait déjà quelques mois que l’affaire miss et Thiennot, l’une des plus coriace de nos serpent de mer judiciaire, n’était pas ressortie des eaux de la Brenne, la région aux mille étangs.
 
Mis et Thiennot lors d'un  procès en réhabilitation.

Mis et Thiennot lors d’un procès en réhabilitation.

C’est chose faite grâce à Jean-Paul Chanteguet (Indre) et Jean-Pierre Sueur (Loiret), l’un député, l’autre sénateur, activés par l’avocat Jean-Pierre Mignard, un des proches de François Hollande et surtout l’avocat du comité de soutien de Miss et Thiennot qui se bat depuis des décennies pour la réhabilitation des deux hommes, aujourd’hui disparus. En 2015, la sixième requête en révision du procès de Miss et Thiennot avait été rejetée. Or, les aveux des deux hommes qui ont abouti à leur condamnation ont été obtenus sous les coups et la torture en 1946. Les deux Parlementaires ont donc déposé un proposition de loi qui “élargit les possibilités de saisir la cour de révision et de réexamen de demandes en révision d’une condamnation pénale, au bénéfice de toute personne dont la culpabilité résulte d’aveux obtenus par l’usage de la torture ».
 
 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. On sait que la justice ne revient que rarement sur ses propres erreurs, et jamais après le décès des personnes faussement accusées.
    Demandez donc à Seznec !

  2. Derrière de bonnes intentions il y a souvent un loup qui se planque. On connait l’histoire.
    Je ne connais pas celle de Seznec et ne sais pas s’il s’agit d’une erreur judiciaire. Il faut voir le dossier.

    Le cas des aveux de Mis et Thiennot soi-disant extorqués sous la torture a été soumis à trois cours d’assises successives, Châteauroux, Poitiers et Bordeaux.
    À la dernière,à Bordeaux, en juillet 1950, Gabriel Thiennot a même déclaré qu’il avait avoué à l’inspecteur PJ Vidal, qu’il avait tué le garde de chasse, sans avoir subi de violences, lors de son interrogatoire.
    https://www.youtube.com/watch?v=0_GsY4K3TZc
    C’est donc a juste titre que lui et Mis ont été condamnés comme auteurs du crime de la Brenne.

    Pas de tortures donc, à faire pleurer Margot dans les chaumières, mais une vaste opération médiatique réactivée en son temps par l’avocat Gilbert Collard, mieux connu aujourd’hui, comme député allié au Front National.
    J’ai lu un livre sur le sujet : »Mis et Thiennot, l’agitation face aux faits » éditions AàZ , qui fait le tour historique de la question.
    L’avocat socialiste Jean-Pierre Mignard passé chez Macron, fait son boulot d’avocat, pour lequel il est payé.
    Le député socialiste Chanteguet , qui ne doit pas ignorer le livre, veut se refaire une santé électorale.
    Le sénateur Sueur, emboite le pas en ignorant tout de cette affaire devenue politico-judiciaire.
    Des communistes militent pour donner le nom de Mis et Thiennot, officiellement des criminels, à des espaces publics.
    Dans ce mic-mac politique, du Front Nat au PC, la vérité est tristement absente. La veuve du garde et ses enfants, victimes directes du crime, passent toujours à la trappe du silence.

    OUI à la lutte universelle contre la torture !
    NON par la voix de Mis et Thiennot,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail