Après Valls, Peillon : ça va bouger en Touraine aussi

bandeau 37

Après l’annonce en début de semaine de la candidature de Manuel Valls qui vient de laisser Matignon aux mains de Bernard Cazeneuve, voilà que l’un de ses anciens ministres se lance dans la course des primaires de la gauche. Vincent Peillon, discret depuis près de deux ans, suite à son renvoi sans ménagement par l’ancien Premier Ministre, a décidé d’en découdre aux côtés d’Arnaud Montebourg et Benoit Hamon. Trois ex-ministres qui vont se retrouver face à leur ancien patron… Toute une histoire qui aura aussi son écho en Touraine.

Vincent Peillon

Vincent Peillon

Lundi, on pouvait lire entre parenthèses sur un site d’informations qu’Alain Dayan, ancien adjoint de Jean Germain pendant 19 ans, en charge de la section PS de Tours, pourrait soutenir Manuel Valls. Mais quand on connait cet ancien élu, on peut lire aussi qu’il rappelle comme réussite du quinquennat, la réforme de l’éducation par Vincent Peillon. Tiens Vincent Peillon… Et quand on interroge hier le socialiste, il dit sans ombrage « que Vincent Peillon pourrait être pour la gauche, un rassembleur fusse-t-il celui au plus petit dénominateur commun ! ».

Alors qui pour soutenir officiellement Manuel Valls qui veut avancer vite et gagner cette primaire aux multiples visages ? Déjà, on apprend que l’équipe rapprochée du candidat Valls a fait « la tournée des popotes » ici en Indre-et-Loire. Et il y a un élu qui n’a pas hésité à sortir du bois. On pouvait s’en douter, Nicolas Gautreau, conseiller municipal d’opposition à la mairie de Tours et lui aussi, ancien adjoint de Jean Germain pendant 19 ans, soutiendra Manuel Valls. « Nous pourrons réussir la campagne de Manuel Valls qu’avec un collectif » nous déclare-t-il. Ce professeur d’Histoire-Géographie pourrait d’ailleurs animer la candidature de Manuel Valls en Touraine.

logo_primaires_agenda-840x473Alors force est de constater que l’espace d’une primaire, la famille socialiste tourangelle va être clairsemée, éparpillée et un peu divisée. Certains sont déjà chez Macron, comme Philippe Chalumeau ou le sénateur Jean-Jacques Filleul, d’autres avec Arnaud Montebourg, comme le maire de la Riche Wilfried Schwartz et le député Laurent Baumel. Et puis, difficile pour certains candidats à la primaire de trouver des « têtes-de-ponts » ici en Touraine, comme Marie-Noëlle Lienemann ou Gérard Filoche.

Une primaire qui pourrait aussi se transformer en « un petit règlement de comptes entre amis ». Mais en toute sympathie de camarades socialistes, bien sûr…

Arnaud Roy pour 37°

www.37degres-mag.fr

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Et quand on interroge hier le socialiste, il dit sans ombrage (sic). Allez donc lire dans un dictionnaire la définition de “sans ambages”, avec le sens de franchement ou sans détour. C’était la rubrique : On s’instruit avec MagCentre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail