Loir-et-Cher : y aura-t-il unanimité pour le budget ?

Le Département de Loir-et-Cher débat et vote jeudi 15 décembre son budget primitif 2017. Malgré la baisse des dotations de l’État (-5 M€), la part des allocations individuelles de solidarité toujours en hausse (+ 3M€), et quelques mauvaises nouvelles supplémentaires, le Département souhaite investir à hauteur de 50 M€ par an.

Nicolas Perruchot et Maurice Leroy.

Monique Gibotteau, Nicolas Perruchot et Maurice Leroy.

Maurice Leroy – dont ce devrait être le dernier budget dans le fauteuil de président du Conseil départemental de Loir-et-Cher, atteint par la loi sur le non cumul des mandats fin mars prochain – le clame haut et fort : « Il faut investir pour bâtir l’avenir ». Malgré la diminution « inattendue de la Dotation de Compensation de la Réforme de la Taxe Professionnelle, la DCRTP » (destinée à compenser la taxe professionnelle) de 700.000 €. Malgré la baisse de « la Taxe Spéciale sur les Conventions d’Assurance, la TSCA », de 4 % soit 2,8 M€, « le double effet kiss cool » selon Maurice Leroy. Malgré encore « la non-revalorisation des bases du taux de foncier bâti. Chaque année, ces bases sont revalorisées autour de 1 %, perte sèche de 440.000 € sur notre projet de budget départemental », au total donc 3,9 M€ de perte sèche soit 5 points de fiscalité qui manquent à l’appel au moment de boucler le budget primitif 2017 du Département. Une paille !

“Le Bon job 41”

Maurice Leroy. Annoncé lors des orientations budgétaires en octobre dernier, le « Plan d’actions Loir&Cher 2021 » veut donner une grande place aux investissements. Quatre engagements (innover pour un nouveau contrat social, défendre la ruralité, investir pour l’avenir en Loir-et-Cher, simplifier la vie des Loir-et-Chériens), selon Maurice Leroy « l’objectif est de mettre en place des actions concrètes, réalistes, innovantes, qui simplifient la vie des Loir-et-Chériens ». 51,6 M€ dès 2017 (puis 50 M€ par an). Les travaux de restructurations dans les collèges, dans les Ehpad, les aménagements routiers (dont les très attendus aménagements des carrefours de Cap Ciné, Chouzy-sur-Cisse, de la patte d’Oie à Saint-Gervais-la-Forêt), 25 M€ pour le THD (Très haut débit), et 5 M€ pour la DSR (Dotation de solidarité rurale), vont bénéficier de cet ambitieux plan d’investissements.

Geneviève Baraban, porte parole du groupe d’opposition socialiste du Conseil départemental (« Loir-et-Cher autrement”), a même appelé à investir d’avantage dans la rénovation des collèges, « pour profiter des taux d’intérêts qui sont très bas, le collège de Bracieux pourrait en bénéficier bien avant la date prévue, 2019 ».

En janvier sera expérimentée l’application « le Bon job 41 », une application numérique va favoriser le retour à l’emploi des bénéficiaires du RSA et permettra de répondre aux besoins des entreprises. « Sans garantie de résultat », prévient M. Leroy, « mais avec une confiance à toute épreuve ». Comme pour dire : « contre le chômage, on aura tout essayé »
La suite des débats et le vote en lui-même auront lieu jeudi 15 décembre. L’opposition a indiqué qu’elle pourrait le voter, ce qui serait la première fois dans le Département.

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail