Primaire: sept sur la ligne de départ, le Dunois Verdier rentre au stand

Sa candidature avait été jugée “sérieuse” par la Haute autorité de la primaire. Fabien Verdier le Dunois postulait à participer comme huit autres candidats à l’écrémage de la gauche, celle de la Belle alliance, pour la Présidentielle, il n’est pas qualifié.

 

primaires-620x387_li

De gauche à droite, Manuel Valls, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, Fabien Verdier, Arnaud Montebourg, , Jean-Luc Bennahmias, Benoit Hamon, Gérard Filoche et François de Rugy.

 Tout comme Gérard Filoche, le tempétueux inspecteur du Travail, membre de la gauche de la gauche du Parti socialiste. Tout à l’opposé du très calme et modeste Philippe Verdier qui voulait simplement figurer à la primaire et se faire le porte-parole des classes moyennes. Le conseiller régional du Centre-Val de Loire et conseiller municipal de Châteaudun, 35 ans, aurait été le plus jeune de la palette en lice jusqu’au 22 et 29 janvier, dates du scrutin.

Les 1 500 coups de fil qu’il aura passés dont beaucoup auprès des membres du Conseil national du PS, y compris jusque dans la dernière ligne droite alors qu’il était en session à Orléans, n’auront pas suffi. Sans espoir de l’emporter, Fabien Verdier se voulait le représentant de la “province” et des classes moyennes. Gérard Filoche lui, veut contester la décision de la Haute autorité qui a estimé que les signatures ne provenaient pas de membres à jour de leur cotisation appartenant à l’un des trois collèges fournisseurs de paraphes. Au final Fabien Verdier lui aussi a déposé un recours.

Pour qu’une candidature soit validée, il fallait obtenir un certain nombre de parrainages de l’un des quatre groupes suivants : 5% des membres du Conseil national du PS, 5% des parlementaires socialistes, 5% des conseillers régionaux et départementaux socialistes (représentant quatre régions et dix départements) ou 5% des maires socialistes de villes de plus de 10 000 habitants (issus d’au moins quatre régions et dix départements). 

Au total, 24 candidats s’étaient déclarés et ils ne seront que sept à arriver au port dont une seule femme. Aux côtés des ténors du PS -Manuel Valls, Benoit Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon- qui n’ont pas eu de mal à se frayer un chemin jusqu’à la ligne de départ, seront donc présents Jean-Luc Bennahmias, François de Rugy, écologiste pro-gouvernement, ou encore Sylvia Pinel, candidate du PRG qui s’est finalement ralliée à l’exercice après un départ en solitaire. 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail