Conseil Municipal de Tours : la donation Cligman vers le Château de Tours, le CCNT aux casernes

bandeau 37

Le dernier conseil municipal de Tours, de l’année 2016, s’est tenu lundi soir avec comme gros morceau le débat sur le PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable), document principal du PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui est en cours de révision et qui sera lui débattu d’ici deux mois. Un débat qui aura duré plus de 3h30. Un sujet majeur, engageant l’avenir et l’évolution de la ville, dont nous reviendrons prochainement en détail sur ce site.

Parmi les autres sujets traités hier soir par l’assemblée municipale, le futur déménagement du Centre Chorégraphique National de Tours (CCNT) et un nouveau rebondissement dans la donation d’œuvres d’arts à la ville par le riche industriel Léon Cligman.

La donation Cligman prend la direction du Château de Tours

_chateau_nuit- tours

(c) Ville de Tours 

Le mois dernier, lors du précédent conseil municipal, c’est l’avis défavorable de la commission nationale des secteurs sauvegardés sur le projet d’extension du Musée des Beaux-Arts, en vue d’accueillir la donation de 1200 œuvres d’arts de Léon Cligman à la Mairie de Tours, qui avait amené le sujet dans les débats. Une décision que Serge Babary avait regretté tout en appelant à la Ministre de la Culture, Audrey Azoulay. « Ce projet est porté par l’Etat, seule la Ministre prendra la décision » avait alors déclaré le maire.

Un mois plus tard, hier soir, le sujet de la « donation Cligman » s’est de nouveau invité à l’assemblée municipale par la voie de Serge Babary qui a annoncé avoir fait visiter plusieurs sites de la ville à l’industriel pour voir si l’un d’entre eux pourrait lui convenir. « M. Cligman a confirmé le souhait que sa donation à l’Etat soit déposée au plus vite à Tours et son intérêt s’est porté sur le Château de Tours ». Une solution de repli, justifiée par le maire de Tours pour éviter d’éventuels recours et pour « que les choses aillent vite ». Si on peut s’étonner du choix laissé au donateur de sélectionner lui-même le patrimoine public qu’il estime digne pour sa collection (d’autant plus qu’à l’heure actuelle, on ne connait toujours pas la part d’œuvres exposables parmi les 1200 que compte la donation), on comprend que le maire de Tours y voit une sortie honorable dans ce dossier qui paraissait bien engagé mais s’était rapidement enlisé sur les protections du secteur sauvegardé.

Et si les détails ne sont pas encore actés, Serge Babary l’a assuré, les expositions du Jeu de Paume continueront d’être accueillies au Château de Tours, tout comme les autres expositions pour lesquelles « on trouvera de la place » a réagi le maire aux propos de Pierre Texier (PCF). L’élue socialiste Nadia Hamoudi a tenu a salué la décision de changer le lieu d’accueil de la donation en rappelant qu’elle avait proposé elle-même le château de Tours lorsque le sujet avait été pour la première fois débattu en conseil municipal en juin dernier.

Avec un peu de malice dans son intervention, l’élue socialiste a profité du sujet pour tenter d’en savoir un peu plus sur l’avenir du Plessis  : « On aurait pu en profiter pour avoir un projet plus ambitieux en intégrant la donation Cligman au château du Plessis et faire de ce lieu un centre culturel de rencontres… ». Une façon détournée d’amener dans les débats le projet de Centre Culturel de Rencontres. Projet qui serait dans les cartons pour le Plessis-Théâtre, avec le soutien de l’ancien sénateur Yves Dauge, dorénavant Président de l’Association des Centres Culturels de Rencontre (ACCR). Rappelons que les CCR sont des labels octroyés par le Ministère de la Culture pour donner une nouvelle vie, culturelle, artistique, intellectuelle, à des monuments historiques ayant perdu leur vocation d’origine.

Sans répondre sur l’avenir du Plessis, le maire de Tours a simplement fait savoir que ce lieu avait été proposé également à Léon Cligman mais que ce dernier ne s’était pas montré intéressé.

Le CCNT sur le site des casernes en 2020

matthieu_roger

L’actuel CCNT / (c) Matthieu Roger-CCNT

Devenu parent pauvre des structures culturelles tourangelles en terme d’infrastructures, le CCNT va enfin se voir doter de lieux adaptés. 

Réputé nationalement, le centre chorégraphique tourangeau, dirigé par le talentueux Thomas Lebrun depuis 2012, commençait à souffrir de ses locaux dans le quartier d’activités Giraudeau. Son déménagement envisagé depuis plusieurs années (déjà sous Jean Germain), va enfin voir le jour comme l’avait annoncé en septembre dernier Christine Beuzelin, lors de sa présentation de la saison culturelle.

« Le CCNT est aujourd’hui mal desservi, excentré et trop petit pour ses activités avec 700 m² de surface et une salle ne pouvant accueillir que 150 places » a introduit Christine Beuzelin à son propos. Une situation qui sera du passé en 2020, année pour le centre chorégraphique devrait prendre possession de ses nouveaux locaux sur le site des casernes Beaumont-Chauveau. Intégré au projet de futur quartier, le CCNT se verra ainsi doter de 3150 m² de locaux comprenant une salle de diffusion de 400 places, deux studios de danse, des espaces d’accueil d’artistes, de salles annexes… D’un coût de 13,3 millions d’euros, ce projet va faire l’objet d’un concours de maîtrise d’œuvre.

Une fois celui-ci construit, la ville de Tours pourra s’enorgueillir de posséder des salles de qualité dans la quasi-totalité des arts. Il est vrai que la danse semblait jusqu’à présent la grande oubliée des infrastructures tourangelles qui comprenaient déjà Le Petit Faucheux pour le Jazz et les Musiques Improvisées, le Théâtre Olympia (nouvellement devenu Centre Dramatique National) pour le théâtre, le CCC OD pour l’art contemporain, ou encore en élargissant à l’agglomération, Le 37e Parallèle et le Point H^ut pour les Arts de la rue, le Temps Machine pour les musiques amplifiées,…

Mathieu Giua

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. devant le château comtal de Tours, se trouvaient des vestiges romains en limite du castrum défensif de Caesarodunum, des restes de thermes et de riches villas, de parements dites en “arrêtes de poisson” y avaient été recouverts, alors que ces vestiges étaient parfaitement cohérents et intégrés dans le Paysage urbain de la capitale ligérienne: que vont devenir les parties de monuments d’époque Romaine adossés au château ? une énième proposition d’extension et de destruction municipale à, la va vite ?!! Pourquoi ne pas exposer de manières permanentes et sécurisé, les importantes et sublimes collections archéologiques et oeuvres d’Art de Caesarodunum trouvés depuis plus de 50 ans !, accueillant aussi -après authentifications- les Antiques, collections Cligman dans ce château comtal de Tours ? le Musée archéologique de l’Hôtel Guoin est définitivement fermé celui-ci ou le Chateau royal du Plessis à l’abandon ne peuvent’il pas accueillir les oeuvres contemporaines des Cligman’s !!? Nous avons des services archéologiques d’importance et réputés à Tours dont ceux universitaires du CNRS au Lat de Tours, des entrepises spécialisées dans l’animation urbaines et scénographiques, d’avec la Ville sous surveillance UNESCO et d’associations Sites et Patrimoine, ne peuvent’ils pas entrevoir un projet de valorisations scientifiques et artistiques durables autour de ce nom renouvelable et inestimable Antique Patrimoine ligérien et romain de Tours: scénographier et sécuriser des parties de galeries monumentales de cet unique amphithéâtre construit sous l’Empereur de Rome Auguste, puis agrandit par Hadrien, alors de passage ! ce n’est pas rien ! ce Monument d’importance, structurant Tours, son Histoire romaine et ces sous-terrains englobés dans le castrum et remparts aux riches et rares dédicaces, son trop méconnus de tous et des touristes de passage !; il fût redécouvert par l’Archéologue Gallinié, il devait être comparable à celui de Nîmes, d’Arles, comparables à ceux de Saintes, de Pompéi…fût l’un des cinq plus vastes à l’époque Romaine et sur plus de 500 ans !!! pourquoi ne pas l’ouvrir respectueusement à la visite maîtrisé, comme certaines villes dans le monde le font, faire découvrir son rôle, son ampleur, sa structure et son architecture allant jusqu’à la magnifique cathédrale de Saint-Gatien, au lieu de vouloir le détruire, le faire vandaliser, le laisser dans l’oubli, ou comme proie au tout béton, aux casseurs et pilleurs de pierre…,Tours, aura alors perdu son âme et définitivement son Histoire ligérienne et martinienne sur les pas du tout contemporain ! ce genre de Monument devenant rare de nos jours, ne serait’il pas grand temps de le Valoriser touristiquement parlant, Rome à valorisé le sien, Marrakech aussi, Trêves aussi, Arles, Lyon, Split…pourquoi pas, Tours ?! me rappelant qu’en 2003 les thermes impériales de Tours sous le Lycée Descartes, des restes d’adduction avaient été cassées tout en partie et dans l’urgence et dans la quasi indifférence, espérant qu’il ne sera pas de même pour les vestiges romains du château de Tours, face à la Loire et ses Antiques arènes et galeries !.

    Ce milliardaire de Veretz ne peut’il pas, faire Restaurer le château du Plessis, afin d’y héberger dignement ses oeuvres et collections, Monument qui fût un véritable château royal !.

    Que peut faire dans ce domaine la Région ? que peut proposer la Ministre de la Culture, celle de l’Environnement ? que souhaite l’UNESCO et services archéologiques dans ce domaine de Valorisation urgente et de sauvetage du Patrimoine ?, que souhaitent les ligériens, touristes de passages, les associations environnement, le Maire actuel et son milliardaire ?!!…très gros pourvoyeurs d’emplois durables, les Monuments et jardins ligériens, y compris et surtout ceux qui ne sont pas d’époque Renaissance, ne méritent t’ils pas plus de marques de respects de nos jours !!! sans Archimède, sans Alexandre le Grand, sans Esculape, sans Vitruve, sans Pline, sans Caton, Cicéron…, qu’auraient découverts et inventés, le Génial Léonard de Vinci, Don Pacello…et, combien bien d’autres encore…!??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail