Les dessous de la fermeture du Foyer Albert Thomas

bandeau 37
 
L’annonce de la fermeture du foyer d’hébergement d’urgence Albert Thomas, prévue aujourd’hui, lundi 26 décembre, a surpris beaucoup de monde la semaine dernière. Une fermeture que peu avaient vu venir ces dernières semaines, y compris chez les pouvoirs publics.
Crédit photo : Entrée du Foyer Albert Thomas / capture d’écran Google Map

Crédit photo : Entrée du Foyer Albert Thomas / capture d’écran Google Map

Pourtant,  les difficultés de l’association gérant le foyer ne semblent pas dater d’aujourd’hui. Celles-ci se sont néanmoins amplifiées ces derniers mois, au point de ne plus pouvoir continuer. Ce qui surprend néanmoins dans ce dossier, c’est la soudaineté de la brusque liquidation et de la fermeture conséquente du foyer, hébergeant 36 personnes sans-abris.

Le Foyer Albert Thomas, dépend de financements publics. Les locaux sont municipaux et ont été rénovés il y a quelques années, l’Etat via la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) est le principal financeur de l’association qui reçoit également des subventions municipales et départementales. Un foyer qui est de plus contrôlé par le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) dépendant de la ville de Tours. Comment avec un tel maillage des pouvoirs publics, la chute du Foyer Albert Thomas a-t-elle pu dans ce cas être si brutale ? C’est la question que pose aujourd’hui Cécile Jonathan, élue socialiste au Conseil Municipal de Tours. L’élue s’interroge : « J’ai appris la situation dans les articles de presse, ce qui me surprend c’est qu’on en ait pas entendu parlé avant, en tant qu’élu. Pour moi, cela paraît invraisemblable que les pouvoirs publics n’aient pas été informés avant ».

Pour l’heure, seule la Préfecture a réagi, en revanche ni la Mairie, ni le Département n’ont pris la parole sur cette situation. Une absence de réaction pointée ce week-end par l’Association La Barque,  qui gère le café éponyme accueillant des personnes en précarité, rue Colbert. « Nous sommes atterrés de constater que cette fermeture d’un lieu d’accueil d’urgence s’opère dans l’indifférence générale de la Mairie de Tours » peut-on lire notamment dans le communiqué de presse de l’association. (Communiqué disponible ici)

Interrogée par nos soins, Marion Nicolay Cabanne, adjointe au maire de Tours et vice-présidente du CCAS nous indique de son côté « avoir été informée des difficultés de l’association il n’y a qu’une dizaine de jours ». Alors dans ce cas : Manque de vigilance de la part des pouvoirs publics ? Dissimulation des difficultés par la direction de l’association ? Des questions restent sans réponse et face à cette situation, chacun devra prendre ses responsabilités. En attendant, il n’en reste pas moins qu’en plein cœur de l’hiver, ce sont 36 places d’hébergement d’urgence en moins à Tours. Au delà de l’image et du symbole désastreux en cette période de fêtes de fin d’année, c’est surtout une difficulté supplémentaire de plus, pour des personnes en grande précarité. Une situation qui aurait pu peut-être être anticipée via des tentatives de redressement de l’association qui n’ont jamais eu lieu.

Quoiqu’il en soit, le gymnase Racault a déjà été réquisitionné et prendra le relais de façon provisoire jusqu’au 02 janvier. Pour la suite, les services préfectoraux, indiquent qu’aucune place d’hébergement ne sera supprimée à Tours et que différentes solutions sont envisagées. Parmi ces solutions, la reprise du Foyer par une autre structure d’urgence (l’Entraide Ouvrière est notamment évoquée). Du côté des salariés du Foyer Albert Thomas, ces derniers ont proposé de poursuivre leur mission de façon bénévole jusqu’au 31 janvier, afin d’assurer une transition auprès des personnes hébergées. Pour l’heure, ils n’ont pas reçu de réponse positive à leur proposition.

Face à cette situation deux rassemblements se sont tenus ce lundi. Un premier ce matin à 9h au 12 rue Albert Thomas (devant le foyer), à l’appel des résidents du foyer. Un collectif de soutien s’est également formé et a appelé à un rassemblement à 15h devant la cathédrale de Tours.

Mathieu Giua

http://www.37degres-mag.fr/

Un degré en plus :

L’interview d’un salarié du Foyer :

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail