Le musée de Chartres sera “sdf” à compter du 1° janvier 2017

musée chartres

L’année 2016 fut sans nul doute, une belle année pour les musées de la région Centre-Val de Loire:  la restauration des salles classiques et les nouvelles acquisitions à Orléans, la donation Zao Wou Ki à Issoudun suivie de la donation Cligman et l’extension du musée à Tours, et même la belle solidarité pour sauver de l’inondation les collections du musée Girodet de Montargis, un vent favorable semblait souffler sur les musées régionaux rivalisant d’initiatives pour la plus grande gloire de l’art… et puis la nouvelle hivernale est tombée, le musée de Chartres ne sera plus hébergé au Palais Épiscopal (à deux pas de la cathédrale) propriété du Conseil Départemental d’Eure et Loir et mis à disposition pour ce musée géré par la ville de Chartres. Le musée fermera donc ses portes, les collections mises en caisses et le personnel dispersé.

Victime en quelque sorte du mille feuilles à la française où les deux collectivités, ville et conseil départemental, se renvoient la responsabilité de l’état de vétusté, voire de péril imminent, d’un bâtiment mal entretenu depuis des années.

“Le Musée des Beaux-Arts de Chartres, nouvelle victime de l’impéritie des politiques”

Dans un article fort bien documenté sur cette lamentable affaire, notre confère la Tribune de l’Art qui s’intéresse décidément beaucoup aux musées de province après avoir mené campagne victorieusement contre la construction d’une aile au musée des Beaux Arts de Tours, nous livre une version détaillée de son enquête sous la plume du journaliste Didier Rykner:

Extraits:

Depuis au moins trois ans, nous nous intéressons au Musée des Beaux-Arts de Chartres sans avoir écrit une ligne à ce sujet. Car depuis cette date au moins, la rumeur d’une fermeture du musée était sur toutes les lèvres, sans que celle-ci soit confirmée par la mairie. Bien au contraire. Dans un entretien téléphonique que nous avons eu avec le maire Jean-Pierre Gorges, en mai 2013, celui-ci nous affirmait haut et fort « Le musée ne fermera pas », ajoutant, l’air offusqué : « Qui vous a dit ça ? ».
Il se plaignait du mauvais état du bâtiment, l’ancien palais épiscopal, qui se trouve au chevet de la cathédrale, et de ne pouvoir y effectuer des travaux car il appartient au Conseil général d’Eure-et-Loir qui le louait en bail emphytéotique. Déjà, à cette époque, le maire accusait le Conseil général d’avoir promis depuis longtemps de lui céder le bâtiment pour 1 euro symbolique, et de ne l’avoir jamais fait.

Après plusieurs contacts et une visite du musée en janvier 2015, le journaliste constate:

Depuis, rien n’a été fait. Le maire continue d’accuser le conseil départemental de ne pas lui avoir cédé le bâtiment, et le conseil départemental explique que la ville aurait dû, selon les termes du bail emphytéotique, « remplir les obligations du propriétaire, y compris l’entretien du bâtiment ». Il s’estime aujourd’hui « victime de cette négligence » comme le rapporte L’Écho Républicain. Résultat : le maire qui avait expliqué que « Le musée ne fermera pas » ferme le musée à partir du 1er janvier, prétendant qu’« il existe d’autres lieux, dans la ville, où ces collections peuvent faire l’objet d’expositions temporaires ».

Bref, un musée virtuel qui en réalité va être mis en caisse. Le résultat, brillant, de cette politique lamentable est celui-ci : un palais épiscopal, monument historique classé, au chevet de la cathédrale, fermé et en mauvais état, dont on ne sait quand auront lieu des travaux de restauration ni pour quel usage il sera employé, et un musée en caisse. Tout cela, bien entendu, sous les yeux d’une ministre de la Culture totalement inexistante.

Dans L’Écho Républicain d’aujourd’hui, le maire explique sa vision du musée de sa ville. Il faut le lire pour le croire et pour comprendre dans quel état la culture se trouve à Chartres sous le mandat de M. Gorges. « Le site a le potentiel et la vocation à devenir un musée du XXIe siècle, avec une thématique précise. Actuellement, ce n’est pas le cas. C’est la raison pour laquelle il ne constitue pas une destination pour les touristes. Hormis pour ses expositions temporaires, personne ne vient à Chartres pour le musée des Beaux-Arts. » On ne saurait être plus clair : la raison de la fermeture du musée, ce n’est pas l’état du bâtiment.

C’est bien que Jean-Pierre Gorges n’a strictement rien à faire d’un musée des Beaux-Arts. Il veut un « musée du XXIe siècle » (il doit s’être concerté avec la ministre de la Culture qui a lancé la « mission Musées du XXIe siècle » !), avec une « thématique précise ». La thématique précise ne sera pas, en tout cas, ni les beaux-arts, ni les sciences naturelles. Car ce musée n’est pas le premier auquel s’attaque Jean-Pierre Gorges : en janvier 2015 il fermait le Museum d’histoire naturelle de Chartres, sans que rien ne soit prévu pour sa réouverture.

Cet homme politique, qui ne doute de rien, est candidat à l’élection présidentielle de 2017 se présentant comme « Républicain indépendant ». On connaît désormais son programme pour les musées : s’en débarrasser.

 Didier Rykner, vendredi 23 décembre 2016

Et dans l’impossibilité de joindre un responsable pour cause de vacances au Conseil Départemental, nous ne pouvons que reproduire les déclarations faites par celui-ci à notre confrère l’Echo Républicain: Le Département souhaite que le site demeure un musée et attend que la Ville expose « un projet d’aménagement muséographique » avant d’envisager une cession : « Si ce projet est d’intérêt général, la collectivité envisagera de céder, peut-être à l’euro symbolique. Il n’a jamais été question que Chartres s’acquitte des travaux ou que notre collectivité gagne de l’argent sur la vente de ce musée. »

En attendant, le Conseil départemental précise n’avoir aucune idée de l’usage qu’il ferait d’un palais épiscopal désert : « Cette situation n’avait pas été envisagée. Nous ne comprenons pas les motifs d’une telle urgence. »

Le site internet de la Mairie de Chartres n’indique pas la fermeture du musée au 2 janvier, et visiblement, seul le personnel joint par téléphone en est informé.

Une affaire à suivre donc après la trêve des confiseurs…

GP

 
 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Affligeant ! les “responsables” du musée ignorent sans doute qu’il faudrait communiquer ? j’ignorais qu’il y eût un musée à Chartres…

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail