Election Présidentielle 2017

Musée de Chartres: le “j’accuse” de l’ancien conservateur

Dans un long courrier adressé au journal la “Tribune de l’Art” qui fut le premier a faire état de la fermeture du Musée de Chartres, son ancien conservateur (de 1996 à 2002), Hervé Joubeaux dénonce en termes sévères la responsabilité de la mairie de Chartres dans le désastre de son Musée des Beaux Arts. Son témoignage à charge pèse lourd dans ce dossier qui semble devenir en ce début 2017, un véritable scandale patrimonial !

Extrait

[…]”L’argument sempiternellement invoqué par les municipalités successives pour ne pas faire d’investissements dans ces bâtiments n’est évidemment pas recevable : le bail emphytéotique conclu en 1913 entre le Département et la Ville prévoyait sans ambiguïté, comme c’est généralement le cas pour ce type de bail de longue durée, que le locataire devait prendre à sa charge tous les travaux d’entretien revenant usuellement au propriétaire.

Certes, le bâtiment occupé par l’armée pendant la Première Guerre mondiale et laissé à peu près à l’abandon jusqu’à l’installation du musée à la fin des années 30, avait déjà subi de nombreuses dégradations. Mais des travaux de modernisation (électricité, chauffage) avaient été mis en œuvre pour l’installation du musée et ces efforts auraient dû été poursuivis dans la deuxième moitié du XXe siècle. Hélas, dans les années 1990, de nombreux éléments d’architecture s’affaissaient, l’électricité était défaillante et le chauffage à air pulsé, en soi peu adapté à la bonne conservation des collections, était devenu incontrôlable.

On peut imaginer que si la Ville avait voulu, à cette époque favorable, rénover son musée des beaux-arts et renégocier le bail dont la date d’expiration approchait, des aides de l’État, de la Région, du Département (propriétaire) auraient permis, quitte à échelonner les travaux sur plusieurs mandats, de sauver des bâtiments exceptionnels et des collections remarquables. D’autres villes d’importance comparable ont, en le faisant, démontré que c’était faisable : mais il fallait le vouloir. Faute de volonté, on en est maintenant à des bâtiments en péril et des collections invisibles.”[…]

Hervé Joubeaux, mercredi 28 décembre 2016 in La Tribune de l’Art

Il nous reste les photos…

Jean-Siméon Chardin (1699-1779) Le Singe peintre Huile sur toile - 28,5 x 23,5 cm Chartres, Musée des Beaux-Arts Photo : RMN-GP/D. Arnaudet

Jean-Siméon Chardin (1699-1779)
Le Singe peintre
Huile sur toile – 28,5 x 23,5 cm
Chartres, Musée des Beaux-Arts
Photo : RMN-GP/D. Arnaudet

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Témoignage “de première main” édifiant et qui montre bien les erreurs des municipalités successives.
    A l’heure où l’on veut relancer le tourisme en France et où les annexes du Centre Pompidou ou du Louvre ont tant de succès, il faut se servir de l’existant et appliquer les évolutions de la muséographie.
    Oui un musée peut être rentable et avoir des retombées économiques pour une ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail