Une centaine de manifestants en soutien au Foyer Albert Thomas

bandeau 37

Une centaine de personnes ont participé au rassemblement, ce vendredi matin, de soutien au Foyer Albert Thomas. Une semaine après l’annonce de la liquidation de l’association gérant le foyer d’hébergement d’urgence, la situation reste confuse, avec d’un côté des autorités maintenant le dispositif mis en place au gymnase Racault, tandis que de l’autre, la grande majorité des résidents du foyer refuse de le quitter.

manif foyer albert thomas

Partant du Foyer Albert Thomas, les manifestants, résidents, quelques salariés du foyer et des membres du « comité de soutien » (constitué entre-autres de militants syndicaux (Sud Santé, CGT, Solidaires…) de membres de partis de gauche (PCF, NPA, Les Verts…) ), ont pris la direction de l’Hôtel de Ville de Tours puis de la Préfecture. S’ils n’ont pas été reçus en Mairie, du côté de la Préfecture, une personne est venue à leur rencontre assurant qu’un rendez-vous serait pris la première semaine de janvier.

Depuis le début de la semaine, les solutions provisoires proposées par les autorités ne satisfont pas les résidents et leurs soutiens qui dénoncent « Une solution d’accueil temporaire inadaptée qui ne constitue en aucun cas une réponse pertinente alors que les locaux même du foyer, qui appartiennent à la Ville de Tours, sont conçus et équipés pour accueillir des personnes dans un hébergement stable et durable ».

Depuis lundi dernier, la Préfecture, en concertation avec la Ville de Tours, a en effet mis à disposition le gymnase Racault pour les 36 résidents. Un dispositif qui reste inoccupé face au refus de la quasi-totalité des résidents (seuls 2 y dormiraient) de s’y rendre. Ces derniers occupant depuis, le foyer Albert Thomas. La Préfecture a pourtant annoncé hier la prolongation de ce dispositif provisoire jusqu’au 31 janvier. Avec la fin définitive de l’association annoncée au mercredi 4 janvier, le foyer se trouvera dans un vide juridique qui devrait pousser les autorités à évacuer le lieu et orienter les résidents vers le gymnase en question.

Dans un communiqué publié hier soir, le « Comité de soutien aux résidents d’Albert Thomas » demande de son côté « que la DDCS 37 garantisse la pérennité des 36 places d’hébergement d’urgence disponibles au gymnase de la Ville en lançant dès maintenant un appel d’offre à d’autres associations gestionnaires pour la reprise de l’activité du Foyer », mais aussi que l’association désignée reprenne les salariés licenciés.

Une demande rejointe par un autre communiqué de responsables politiques de gauche (PS, PRG, EELV) : « Ce foyer est équipé pour recevoir dans de bonnes conditions des personnes sans domicile et en grande précarité. La liquidation judiciaire en cours ne doit pas se faire au détriment des règles les plus élémentaires de la dignité humaine. Nous proposons la reprise du foyer par une association existante le plus rapidement possible et ceci en évitant le transfert des résidents sur un autre lieu », écrivent ces derniers notamment.

« Le principe de continuité a été acté pour les appartements extérieurs gérés jusqu’à sa liquidation par l’association Albert Thomas. Nous demandons qu’il en soit de même pour le foyer lui-même » poursuit de son côté le « Comité de soutien aux résidents » qui pointe par ailleurs « la situation dramatique de l’hébergement d’urgence dans le Département d’Indre et Loire » et demande « que les 36 places d’hébergement déployées en urgence au gymnase de la Ville soient maintenues au profit d’autres personnes sollicitant le 115, lequel ne peut actuellement répondre à la demande faute de places d’hébergement d’urgence en nombre suffisant ».

Mathieu Giua

http://www.37degres-mag.fr/






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail