“Barbe-Neige …”, ou la fatigue des zygomatiques

De Gotlib à Dario Fo*

blanche-neige-gotlib

Blanche Neige par Gotlib

Les contes de fées revisités par Laura Scozzi ont fait rire par deux fois la salle comble du théâtre d’Orléans ce week end de nouvel an, avec ces personnages connus de tous, petits et grands, revus en version désopilante. Ils étaient tous là, le prince charmant, le loup, le Petit Chaperon Rouge et les trois petits cochons, Barbe Bleu, Blanche Neige et la Fée Clochette: pas besoin de nous les présenter, ils sont tellement ancrés dans nos représentations mentales depuis notre enfance.

Sauf qu’ils sont ici tous passés à la moulinette de huit danseurs de hip hop qui sautillent et virevoltent sur une musique au lyrisme pétillant, pour nous raconter une toute autre histoire que le mièvre Disney nous a inculquée au fil des générations, depuis son hold up de notre imaginaire.

Barbe-Neige et les 7 petits cochons au bois dormant © Laurent Philippe

Barbe-Neige et les 7 petits cochons au bois dormant © Laurent Philippe

Car tout à coup notre imaginaire se rouvre, dans un vrai plaisir enfantin, sur tout ce que ces contes nous montrent de la vie, de l’amour, de la sexualité ou de la violence en nous proposant des variantes à ces récits oraux comme l’ont toujours fait les conteurs qui les forgèrent : les trois petits cochons deviennent des cochonnes délurées, sept Blanches Neiges harcèlent un pauvre nain, le Petit Chaperon rouge arbore la barbe (tiens, vous n’aviez pas remarqué que son nom était masculin ?), les Princes charmants ne savent pas embrasser, les Cendrillons ne perdent pas que leurs baskets, et Barbe Bleu nous montre le vrai visage des violences faites aux femmes, jusqu’à la fin devant la télé, mais que nous ne vous la raconterons pas à la place du conteur… et ce décalage, à la loufoquerie iconoclaste, nous plonge dans un univers comique qui nous fait rire du début à la fin du spectacle !

Laura Scozzi nous rappelle ainsi, comme Dario Fo  son illustre prédécesseur le pratiquait il n’y a pas si longtemps*, que le rire est subversif, que ce rire déchire le voile de nos fantasmes pour nous faire découvrir, dans cette jubilatoire confusion des sexes, d’où viennent nombre de nos clichés en tous “genres” ! Et en cette nouvelle année, cette variante de nos contes de fées nous ouvre à un autre monde…

Gérard Poitou

*Gotlib, dessinateur est décédé en décembre 2016, et Dario Fo, homme de théâtre, prix Nobel de littérature, en octobre 2016

Barbe-Neige et les Sept Petits Cochons au bois dormant

31 décembre 2016 20h 30 et 1° janvier 2017 17 h

Scène nationale d’Orléans avenue Pierre Ségelle 45000 Orléans

Conception, mise en scène Laura Scozzi
Chorégraphie Laura Scozzi
Avec la participation des danseurs Dorel Brouzeng Lacoustille, John Degois, François Lamargot, Céline Lefèvre, Sandrine Monar, Karla Pollux, Mélanie Sulmona, Jean-Charles Zambo

Musique Niccolò Paganini
Scénographie Natacha Le Guen de Kerneizon

Afficher les commentaires