Les voeux à Fleury-les-Aubrais (Loiret), une “sauterie” au septième ciel !

Sauter d’une année à l’autre, passer de 2016 à 2017, à Fleury-les-Aubrais cela s’appelle une “sauterie”, autrement dit une cérémonie des vœux. C’est sur le ton de l’humour que Marie-Agnès Linguet, le maire de Fleury-les-Aubrais a retracé mardi soir l’année écoulée et jeté une… passerelle sur l’année qui débute.

Mme le maire et son conseil municipal.

Le lieu était tout trouvé, la Passerelle, la belle salle de spectacle où se pressaient le ban et l’arrière ban de Fleury et de toute l’agglomération, devenue Communauté urbaine et bientôt métropole. Charles-Eric Lemaignen, le président et Michel Martin, le grand argentier d’Orléans, Jean-Pierre Sueur le sénateur du Loiret, ont écouté les vœux de la deuxième ville du Loiret dont tout le conseil  municipal faisait groupe sur scène derrière son maire. 

Distribuant les coups de griffes ici et là, telle une panthère sur un terrain de hand, notamment à l’égard de l’État coupeur de dotation et à la majorité socialiste, Marie-Agnes Linguet (UDI) a aussi promis le “septième ciel” à sa ville. Elle n’a pas parlé de s’envoyer en l’air mais c’était tout juste, allusion au fameux téléphérique, “le volet le plus spectaculaire du projet interives, le grand chantier de la métropole et de Fleury…“. Téléphérique dont l’entreprise qui va le construire vient d’être choisie.

Fleury en téléphérique

Marie-Agnès Linguet.

Alors pour autant, Fleury-les-Aubrais “ne rêve pas de rivaliser avec Serre Chevalier ou Chamonix“. Mais le projet est une vraie “montagne” à lui seul avec 80% sur le territoire de Fleury, 400 logements sur la première ZAC, 40.000 m² d’espaces professionnels et le projet Citévolia de la CCI.

Toujours au registre des grands chantiers, une autre opération délicate concerne en 2017 le médical, avec “une greffe difficile qui consiste à donner à la vieille carcasse de la clinique de la Présentation un corps tout neuf. Grâce à un traitement de choix et de choc, la présentation fait donc peau neuve et s’appellera désormais la résidence du parc de Longuève“. Outre des logements de standing, la résidence accueillera une MSP (Maison de santé) avec une vingtaine de praticiens.

La locomotive 

Preuve s’il en était besoin que Fleury-les-Aubrais, ville historiquement  cheminote, veut rester une locomotive en matière de service public. Marie-Agnès Linguet a insisté sur cette restauration scolaire restée une prérogative de la mairie, ces seniors que l’on cajole, cette politique de la culture et du sport pour tous que l’on poursuit malgré les budgets contraints, Fleury ville populaire va continuer de soigner ses services publics de proximité. “Je le répète mon crédo laïc, je ne laisserai pas défaire le contrat social, grâce à la clause générale de compétence, nous allons continuer de compenser au mieux les carences de l’État”. Au terme de cette allocution frappée au coin de l’humour et des convictions, Marie-Agnès Linguet a conclu à la façon de Nicolas Stoufflet et de son Jeu des mille euros qui a fait étape à Fleury en 2016, “et à l’an prochain, si vous le voulez bien…”.

Ch.B.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail