Elections 2017

Seita de Fleury-les-Aubrais : le secrétaire d’État à l’Industrie s’implique

Christophe Sirugue, secrétaire d’État à l’Industrie a reçu mercredi 11 janvier plusieurs élus du Loiret préoccupés par le devenir du centre de recherche Seita de Fleury-les-Aubrais et le projet de sa fermeture. Elle est à leurs yeux injustifiée, eu égard à la grande qualité de ce centre de recherche de haut niveau, à la charge de travail au sein du groupe Imperial Brands, qui reste identique en termes de nombre d’analyses et de contrôles,  ainsi que des impératifs liés à la santé publique. Christophe Sirugue a pris deux engagements.

(de g. à d.) J-P Sueur (sénateur), F. Bonneau (Région), H. Jonathan (préfecture Loiret), Marie-Agnès Linguet (maire de Fleury), Ch-E. Lemaignen (agglo Orléans), M. Dubois (députée).

En premier lieu, lui-même et ses collaborateurs reprendront contact au plus haut niveau avec le groupe Imperial Brands pour faire valoir les arguments exposés par les élus et les salariés, et de manière à ce que tout soit fait pour tenter d’obtenir la pérennité de ce centre de recherche. En second lieu, il a indiqué qu’il continuerait de travailler, en lien avec le ministère des affaires sociales et de la santé, pour étudier la possible valorisation de ce centre de recherche par l’obtention du label « laboratoire certifié par l’État » en vertu d’une ordonnance de mai 2016 – ce qui constituerait un atout pour la pérennisation du site et rejoindrait un projet allant dans le même sens élaboré par des salariés du centre de recherche.

F.C.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. On ferait beaucoup mieux, au lieu d’encourager cette industrie mortifère, de créer des centres de recherches pour tenter de réparer les dégâts causés par le tabac.
    Cancers, surmortalité, tabagisme passif, saloperies de mégots qui polluent nos rues et nos rivières, joyeux cocktails de produits tous plus nocifs les uns que les autres, dépenses de santé induites pour la Sécurité sociale, crachats, perte de capacité respiratoire, conducteurs imprudents avec leur cigarette au bec ou à la main. Etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail