Tonnerre de Brest: le duel des métropoles téléphériques

À l’heure où les biopics ressuscitent Claude François ou Dalida, Barbara n’était pas présente, même sous forme d’un hologramme mélenchonien, pour voir pleuvoir sur l’équipe de Brest, la métropole la plus occidentale opposée à la plus centrale, comme un air de match Le Pen-Macron, la Royale contre la Jeanne, l’extrême centre contre l’ex-groupuscule Occident.

Lors d’USO-Brest.@Julien Peron.

Après le givre et le froid polaire, c’était l’avis de tempête sur le stade de La Source, le bouillonnement de la trêve ayant fait sortir un nouvel entraîneur et une nouvelle direction sportive pour réussir, à base de « choc psychologique », présumé salvateur, l’opération maintien à l’orée des matchs retours.

En définitive, affronter le leader était sans doute le meilleur défi du moment pour l’USO, rarement décevante contre les cadors du haut de tableau, mais souvent poussive et inefficace contre ses semblables, les sans-grade qui lorgnent avec angoisse vers l’ascenseur, direction le National, en espérant que l’échafaud leur sera épargné par une panne digne d’un téléphérique brestois balbutiant.

Le lent recul du littoral breton

Sur un arrière-fond de maîtrise du jeu des Finistériens, il faut attendre la 10e pour la 1e occasion sur un déboulé d’Aholou avec une tête au-dessus d’Armand, vite suivie d’un contrôle raté du même Armand, puis d’une incompréhension fâcheuse sur un centre en retrait de Ziani, enfin d’un nouveau slalom spécial d’Aholou à la 16e.
Si le tonnerre de Brest hadockien ne menace pas encore, le froid pénètre et installe un blizzard digne de Tintin chez les Soviets, colorisation et village Potemkine en moins. Armand tire encore au-dessus en enroulant à la 28e un ballon qui file en orbite vers Baïkonour. Premier corner et premier carton bretons arrivent enfin à la 32e.
Sur une nouvelle initiative déclenchée par le très remuant et inspiré Aholou, Armand manque son centre à la 36e, et c’est Brest qui se procure la meilleure occasion à la 38e avec un ballon qui traîne dangereusement au point de penalty, avant un sauvetage à la 44e de Thomas Renault, plébiscité par le peule sourcien tel Fillon par les adeptes de la « Manif pour tous ».
À la reprise, une sorte d’attaque défense voit la multiplication des centres en retrait brestois, avant une belle contre-attaque orléanaise à la 52e, rondement menée par Ziani et Armand.

Orléans en rade, Brest à la barre : Renault lâché par ses défenseurs diesel

Mais c’est le poteau qui sauve Renault, fusillé par les marins de la rade à la 57e.
Une belle action en passes redoublées, « à la nantaise » comme on disait sous Olivier Guichard, n’aboutit pas à la 58e. Surtout à la 63e, une superbe action de Bareto permet à Aholou de placer une tête à la pointe du raz du poteau, sauvée on ne sait comment par le portier du Finistère, sans doute inspiré par Sainte-Anne d’Auray.
Au désespoir des supporters orléanais drogués par le froid, Bryan Pelé bénéficie d’un cadeau de Seidou, roi mage à la galette amère, à la 71e, véritable passe décisive contre son camp dans la surface, pour ouvrir la marque en lucarne à bout portant. Privé de filtre défensif, Renault ne peut tricher sur les émissions négatives de ses défenseurs diesel, au point que Brest manque de doubler le score sur un loupé de Chemin, voie sans issue, impasse, perd et manque.
Après une série de cartons dont celui récolté par Pinaud, puni par un simple flic, Armand a dans ses pieds la balle de l’égalisation à la 79e qu’il tente en lob, mais elle meurt, avec les derniers espoirs ligériens, au-dessus de la barre.

Le nouvel entraîneur de l’USO, Didier Ollé Nicolle.

La défaite est dure comme un Paris-Brest rance, relégué au fond d’un garde-manger, et l’hiver sera long ; la corrida de la descente sera sans château en Espagne, sans olé, ni col relevé. Les cordonniers sont les plus mal chaussés et le cauchemar frappe au lit d’une équipe valeureuse, mais si maladroite qu’elle en devient gauche et s’emmêle les pieds. Vivement le printemps pour espérer faire barrage à cette mauvaise crue!

Paul Jozet

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Quel plaisir de lire un reportage (ici sur une activité sportive) vivant, vif, imagé.
    Personnellement je ne m’intéresse pas aux sports (trop de violence, la course à la première place, le fric etc ) mais là j’ai pu être dans un stade sans le froid et en quelques minutes apprécier sinon la valeur des joueurs (que je ne connais pas) du moins la valeur d’un réel rapporteur-reporter .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail