Aïda: en guise d’apéritif

A deux mois de sa présentation au public orléanais, la Fabrique Opéra organisait ce mardi soir, au Club XV d’Orléans, une soirée-conférence de présentation d’Aïda, le célébrissime opéra de Giuseppe Verdi que l’on pourra découvrir du 17 au 19 mars prochain, au Zénith d’Orléans.
Et quelle conférence ! C’est un vibrionnant Clément Joubert, chef d’orchestre, totalement passionné et quasiment habité par l’œuvre, qui nous a fait découvrir l’histoire et toutes les subtilités d’un opéra dont la connaissance commune se limite le plus souvent à l’incontournable marche des trompettes de l’acte II !

Clément Joubert

Ce fut d’abord une explication du contexte historique, politique et diplomatique, de cet opéra commandé au déjà illustre Giuseppe Verdi, pour inaugurer, en 1871 et en grandes pompes, le nouvel opéra du Caire et surtout le canal de Suez tout neuf, donnant ainsi le beau rôle à un roi d’Égypte triomphant. Et, après nous avoir détaillé le rôle de chacune et de chacun des huit protagonistes de cette tragique histoire d’amour de deux êtres que la guerre oppose, Clément Joubert, reprenant sa baguette de chef, nous fit alors entrer dans l’univers musical du compositeur, détaillant les thèmes de chaque personnage, mais aussi le contraste des ambiances de chaque scène, un magnifique cours de création musicale illustrée d’extraits et accompagné du pianiste Jérôme Damiens, avant de terminer par… la marche des trompettes interprétée par Alice Vial et Vincent Mitterrand du conservatoire d’Orléans.

La Fabrique Opéra continue donc avec enthousiasme son œuvre, pour ne pas dire sa mission, de favoriser l’accès à la musique classique et à l’opéra au plus grand nombre, d’abord en associant les compétences de qui pour les costumes, qui pour la construction de décor, qui pour la scénographie, de centaines d’élèves orléanais, mais aussi de musiciens et de choristes amateurs et professionnels dans un projet grandiose et rigoureux, qui réunira pas moins de 250 personnes sur scène autour des huit interprètes recrutés pour cette mise en scène originale. Et ce formidable partage de compétences sous la houlette de professionnels reconnus, permet à la Fabrique Opéra de proposer un prix de place très raisonnable pour ce spectacle grandiose, avec une recette de billetterie qui couvre plus de 60% d’un budget très lourd *, limitant ainsi le recours au mécénat et aux subventions.

Après Carmen et la Flute enchantée, c’est donc à un drame particulièrement puissant et pathétique auquel nous pourrons assister en mars prochain, et personnellement, je ne pourrais m’empêcher de penser lors de l’entrée des grands Prêtres sur scène, à la présentation que nous en fit le chef Clément Joubert lors de cette conférence passionnée et passionnante!

Gérard Poitou

*Plus de 570.000 €

Aïda de Giuseppe Verdi
Opéra en quatre actes

les 17, 18 et 19 mars au Zénith d’Orléans
Direction artistique: Clément Joubert
Mise en scène: Wahid Lamamra
Scénographie: Ludovic Meunier
Costumes: Marie Catherine Hirigoyen
Lumière: Dan Felice
Chef de chœur: Corinne Barrère
Chef de chant: Jérôme Damiens

Avec les solistes: Marilyn Clément (Aïda) Georges Wanis (Radamès) Marie Gautrot (Amneris) Kristian Paul (Amonasro) Jean-Loup Pagésy (le Roi) Benoît Gadel (Ramphis) Clara Schmidt (la Grande Prêtresse) Olivier Trommenschlager (le Messager)

avec l’Orchestre de Léonie et le Chœur Opéra de La Musique de Léonie

Réservez vos places

 

 

 






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail