Loiret : le Parti communiste refuse de se soumettre aux… Insoumis

Tous derrière Mélenchon à la Présidentielle, mais incapables pour l’instant d’aller ensemble aux législatives. La gauche “anti-austérité et anti-libérale” étale ses divisions, lave son ligne sale en famille.

Mathieu Gallois présente le programme de La France en commun.

Après que les membres de la France Insoumise, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon aient annoncé lundi qu’ils allaient présenter des candidats aux législatives dans les six circonscriptions du Loiret, à son tour le Parti communiste a présenté les siens, “des propositions de candidature”, jeudi devant la presse. “On ne peut pas se qualifier d’insoumis et demander aux autres de se soumettre” résume un dirigeant du PC.

Sauf à Chalette

“Dès le mois de décembre, nous avons proposé à la France insoumise de nous rencontrer et d’articuler nos campagnes de la gauche anti-austérité, de discuter des candidatures, mais nous avons eu comme réponse, nous reviendrons vers vous en janvier“, dit Mathieu Gallois le secrétaire départemental. A l’exception notable de Chalette-sur-Loing dans l’est du département où les deux “partis” se sont retrouvés et étaient prêts à travailler ensemble. “Il y a eu un véto du national” dit-on au Parti communiste. Tout juste si l’on accuse pas les amis de Jean-Luc Mélenchon de pratiquer le centralisme démocratique cher au PCF de l’ancien temps !

En l’état actuel des choses, le PC refuse de signer la charte proposée par la France Insoumise aux législatives. “La charte nous obligeraient à nous présenter sous l’étiquette France insoumise, or le nombre de voix obtenues détermine les aides de l’État”, explique Christian Foiret, le trésorier de la Fédération.  Que ce soit à Orléans ou ailleurs, le PC refuse de disparaître sous la bannière de Mélenchon…Tout en ayant appelé à 70 % dans le département à le soutenir dans la course à l’Elysée. “Du temps du Front de gauche, nous n’avions rien fait signer à personne, chacun gardait sa bannière” dit-on au PC.

Un appel au rassemblement populaire

Moyennant quoi le Parti communiste en appelle aux électeurs, aux sympathisants et lance “un appel au rassemblement populaire”. “Nous sommes dans une volonté de rassemblement” dit Michel Ricoud, conseiller municipal d’opposition à Orléans et qui sera le porte-drapeau du PC sur la 1ère circonscription. “Si la France insoumise a un candidat plus connu que Michel Ricoud, nous sommes prêts à nous mettre derrière lui”, dit Mathieu Gallois. Mais personne à la Source et ailleurs n’imagine la chose possible.

En effet, le PC se dit prêt à partager avec les amis de Jean-Luc Mélenchon aux législatives, par exemple trois d’un côté, trois de l’autre avec des suppléants de l’autre mouvement. Sauf que le PC propose au moins quatre candidats déjà installés dans le paysage de la gauche anti-libérale. Outre Michel Ricoud (1ère), ils proposent Mathieu Gallois (adjoint au maire à Saran et secrétaire départemental sur la 2), Monique Bourret (syndicaliste, vice-présidente des Prudhommes sur la 3), Franck Demaumont (maire de Chalette-sur-Loing) sur la 4), Estelle Calzada (CGT de Pithiviers sur la 5), et Dominique Tripet  (conseillère municipale d’Orléans et militante féministe sur la 6).

On l’aura compris, le PC n’est pas “soluble” dans la France insoumise, “serait-ce souhaitable pour la démocratie?“. Prochaine étape, l’invitation faite à la France insoumise et aux autres forces de la gauche de la gauche à débattre en public le 26 janvier à Orléans la Source, salle Pellicer. Quitte à décourager des électeurs qui ont bien du mal à comprendre ces divisions suicidaires.

Ch.B.

Mathieu Gallois, le secrétaire départemental du PC a ainsi présenté en préambule de sa conférence de presse, les raisons d’une candidature anti-austérité

Mathieu Gallois, le secrétaire départemental.

“La période de grand froid nous renvoie en pleine face la crise du logement que traverse notre pays. Ce n’est pas un problème nouveau, mais malheureusement c’est un problème qui dure et qui s’aggrave. 12 millions de personnes sont touchées par la crise du logement, près de 4 millions de mal logés. Plus de 100 000 sont à la rue. En 2015, 498 sans-abris sont morts en France selon le collectif « Les morts de la Rue ».

On compte plus de 1,8 millions de demandeurs de logements sociaux. Pour certains foyers les dépenses liées au logement représentent 50% de leur budget ce qui ne laisse que très peu de place pour finir le moi et vivre correctement. Et 5 millions de personnes souffrent, subissent la précarité énergétique qui se fait d’autant plus ressentir par cette période de grand froid.

La situation au niveau de l’emploi est catastrophique : bas salaires, casse du droit du travail, le chômage toutes catégories confondues continue d’augmenter…Cette situation, le développement de la précarité et des difficultés, un quotidien fait de privations pour nombre de familles ont des conséquences sur la santé des citoyens. Et là aussi, des difficultés d’accès aux soins viennent se rajouter aux autres difficultés rencontrées. 36% des français dont 64% des personnes modestes ont des difficultés au moment de payer des actes médicaux. Beaucoup d’étudiant tire un trait sur les soins faute de moyens.

Et pendant ce temps : huit milliardaires détiennent autant de richesses que la moitié la plus pauvre du monde. En France : 21 milliardaires possèdent autant que les 40% les plus pauvres de la population française en 2016. les 1 % les plus riches détiennent 25 % des richesses nationales. Et alors que le niveau de vie mensuel moyen des plus riches a augmenté de 2003 à 2014, celui des plus pauvres a de nouveau diminué de 31 euros.Les dividendes versés aux actionnaires battent de nouveaux records : près de 56 milliards d’euros versés par les entreprises du CAC 40 en 2016 contre 43 milliards en 2015; On le voit bien, ce monde, cette société, ce système marche sur la tête.  Nous avons, tout comme une majorité de françaises et de français, un besoin urgent d’une autre politique, que d’autres choix soient faits avec l’humain comme priorité pour répondre efficacement aux besoins”.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. A moins que Christian Bidault, me prédise mon élection en juin prochain aux législatives, et en ce cas il aura raison, non, je n’ai pas démissionné de mon poste de Conseillère Municipale…

  2. Si j’ai bien compris, ces candidatures séparées, c’est surtout une histoire de gros sous, versés par l’Etat, en fonction du nombre de votes comptabilisés, même s’il n’y a pas d’élu(e).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail