Loir-et-Cher : Thomas Ménagé, jeune homme debout

Thomas Menage, 25 ans, est candidat aux élections législatives de la 1ère circonscription de Loir-et-Cher, à Blois. Chef de cabinet de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), adjoint au maire d’Ouchamps, il oscille entre ses responsabilités nationales et locales, tout en démarrant sa première campagne électorale. Portrait d’un jeune homme pressé, mais debout.

Thomas Menage.

Voyant qu’il allait être en retard au rendez-vous, Thomas Menage envoya un sms indiquant qu’il ne serait là qu’à « 15h25, au lieu de 15h15 ». Un horaire « SNCF » pour un jeune homme dont la vie est loin de ressembler à du train-train quotidien. Un TGV, éventuellement. Et encore… Ces trains-fusées n’arrivent même pas jusqu’à Blois.

Chef de cabinet du député-maire d’Yerres Nicolas Dupont-Aignan, Thomas Menage est aussi adjoint au maire d’Ouchamps (41) et candidat Debout la France sur la 1ère circonscription de Loir-et-Cher (Blois). Adjoint municipal : une responsabilité qu’il a endossée en mars 2014 à l’issue des dernières élections municipales. Une fonction qui lui permet surtout de rester les pieds sur terre – Ouchamps, 800 âmes, en plein champs –  entre les couloirs et les ors de l’Assemblée nationale où il passe beaucoup de temps à surveiller son « poulain », et la campagne qu’il doit désormais battre jusqu’en juin prochain, jusqu’à plus soif. Candidat aux élections législatives : un choix personnel ou bien poussé par son mentor pour lequel il roule depuis maintenant deux ans ? « Une volonté personnelle, et aussi parce qu’il me l’a demandé. Cela correspond à ce qu’on défend : de nouveaux visages, de nouvelles méthodes. Je suis élu ici, j’ai envie de me bouger ici, présenter un nouveau projet, une nouvelle vision », dit-il en vous regardant franchement dans les yeux.

Un jeune en politique : rare

Si Nicolas Dupont-Aignan a l’âge d’être son père – 55 ans – Thomas Menage lui n’en a que 25. Un peu jeune, non, pour entrer au Palais Bourbon autrement que comme attaché parlementaire ? « C’est clairement un avantage. Je connais le métier, ça fait plus de deux ans que je suis à ses côtés. Les Français n’en peuvent plus des vieilles têtes, les mêmes qu’on voit depuis plus de 30 ans : il y a une vraie volonté de changer de têtes, ils n’attendent que ça. Dans le Loir-et-Cher, je serai probablement le plus jeunes, et c’est important qu’il y en ait ».

La Manif pour tous : “j’en ai pris plein la gueule”

Un jeune en politique, c’est comme un jeune boxeur : ça prend des coups. Certains ténors dans le département ne vont pas le ménager et vont s’employer à lui faire passer la tête dans la lessiveuse, histoire de lui faire apprendre le métier. Est-il prêt à ça, le « jeune » Thomas ? « J’y suis prêt. Ma chance, c’est que je suis à la fois un perdreau de l’année, mais au contact d’un élu qui s’en prend tout le temps plein la figure. Je n’espère qu’une chose : on est là pour renouveler les méthodes, j’espère que la campagne se passera avec le minimum de coups dans les pattes ». Pas sûr que sur ce point, il soit vraiment entendu… Où puise-t-il donc cette assurance – qu’on doit bien lui concéder-  serait-ce dans son entourage proche ? « Je suis fils unique, ma mère est décédée il y a quelques années. Mon père, artisan, est très fier, mes amis me soutiennent, même ceux qui ne partagent pas forcément les idées de Nicolas Dupont-Aignan. Ils soutiennent l’engagement, la jeunesse. Mais ils disent aussi : fais gaffe à toi, pour ta santé, et aussi vis-à-vis de personnes qui ne seraient pas saines… »

Thomas Menage.

Thomas Menage, certains s’en souviennent peut-être, c’est l’ex porte-parole local de « La Manif pour tous » en 2013-2014. Une responsabilité qui ne lui a pas apporté que des amis, loin de là : « J’en ai pris plein la gueule, ça c’est sûr. Mais j’assume totalement, et je n’ai pas changé d’un pouce sur ma ligne. Cela dit je me présente pour tous les habitants de la circonscription, aussi je ne veux pas rallumer quelque chose qui a beaucoup divisé, pas la peine de diviser encore ! Ce sont surtout les questions de filiation qui me préoccupent. Pour le reste, je ne suis pas d’accord avec tout sur la Manif pour tous». Il reconnaît : « c’était quand même un moment historique passionnant ».

Un emploi du temps millimétré

Ouchamps et la circonscription le week-end et dès que possible – à plein temps après l’élection présidentielle promet-il – Paris et la France entière le reste du temps avec Nicolas Dupont-Aignan le reste du temps, « souvent de 6h à 2h du matin » avoue-t-il : mais où et quand Thomas Menage trouve-t-il le temps d’être jeune… avec les jeunes, justement ? « J’ai un emploi du temps millimétré, c’est un fait. Je trouve aussi le temps de boire une bière avec mes amis en terrasse dès que possible. Aujourd’hui je n’en souffre pas, j’arrive à prendre du temps avec mes amis. J’ai peu de temps pour lire, je le regrette, je lis mais tout le temps est dédié à la lecture de livres politiques ». Un jeune homme pressé, on vous dit. Debout, et en marche.  

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Encore un qui aussitôt les études (je parierais de droit) terminées, est entré en politique.
    Il n’aura jamais travaillé ni dans une entreprise privée, ni dans une entreprise publique.
    Tout comme Fillon d’ailleurs.

  2. Un jeune qui semble avoir la tête sur les épaules ! Cela fait du bien face à tous ces dinosaures politiques !!!!!

    Pour une fois que ce n’est pas un parachuté et que c’est un jeune, je vais suivre sa campagne de près !

    Y’en a marre de toujours voter pour les mêmes et les mêmes partis !

    Un peu de sang neuf !!

  3. Dupont-Aignan est un type intègre qui semble vouloir présenter des candidats neufs et dynamiques !

    A suivre !

  4. C’est bien de s’engager. De là à être élu, il y a un énorme fossé, quand on est dans un parti qui revendique 15.000 adhérents pour toute la France.

Les commentaires pour cet article sont clos.