“Miettes”, ou les talents du Conservatoire d’Orléans

Heureuse surprise cette semaine au CDN d’Orléans avec les “lectures théâtralisées” de son Comité de Lecture. Le CDN reçoit chaque année une petite centaine de textes destinés à une mise en scène, et il est dans la mission du CDN d’en faire la lecture pour une sélection par un jury qui soumet ensuite les textes retenus aux étudiants du Conservatoire de Théâtre en section CEPIT (cinquième année de cursus professionalisant) . Une vingtaine d’élèves comédiens apprennent ainsi à étudier la dramaturgie de ces textes, avant d’en sélectionner un ou deux qui donneront lieu à une lecture publique mise en scène par leur soin.

“Miettes”, photo Cardinaux Astrid

Deux textes ont, de cette façon, été retenus pour cette année: “Plus ou moins l’infini” de Clémence Weill et “Miettes” d’Ingrid Boymond, et si je n’ai pu assister à la présentation du premier, la seconde mise en espace m’a plutôt impressionné par le talent et la maitrise de ces élèves comédiens.

L’épreuve est pourtant redoutable puisqu’il s’agit en cinq jours ou plutôt six répétitions de trois heures de monter une version du texte qui sera jouée en public, comme un filage sans filet. Et les huit comédiens de ce challenge réussissent sans faille à “jouer” ce texte à l’ironie féroce sur les icônes de notre société contemporaine, incluant quelques morceaux chantés de notre patrimoine de variétés. “Miettes” est un jeu de massacre cruel et intergénérationnel auquel se livre hippies, enfants de Tapie et leur descendance, et les comédiens du conservatoire en donne une lecture théâtralisée qui dépasse très vite le texte lu, tenu à la main, pour  faire rire le public avec ces personnages grotesques d’une farce iconoclaste et provocatrice.

Ce travail, de l’analyse de la dramaturgie du texte au jeu sur scène, fut aussi l’occasion de construire la scénographie dans une collaboration créative avec des élèves de l’ESAD d’Orléans (à qui l’on doit l’idée de l’armoire génitrice), sans compter l’apprentissage in situ du dialogue avec les techniciens son et lumière du Théâtre pour la mise en place de ce spectacle, au final, plus que plaisant à regarder.

De jeunes talents auxquels on ne peut que souhaiter bon vent dans une carrière qui ne fait que débuter…

GP

“Mietttes”  d’Ingrid Boymond
Mise en espace de Fabrice Pruvost, enseignant au Conservatoire

avec Ludmila Benlarbi, Alice Bounaud, Mikaël Grédé, Léa Guérin, Teddy Lepinay, Thomas Maurice, Antoine de Toffoli, et Pauline Vincent

Scénograpie: étudiantes de l’ESAD
Lumière et son par l’équipe de la Scène Nationale d’Orléans
CDN Orléans 
Mercredi 18 janvier 2017

“Miettes”, photo Cardinaux Astrid

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail