Comment construire une prison ?

Les Mardis de la Science

Enjeux et formes de l’architecture pénitentiaire de la fin du XVIIIe siècle à nos jours.

Par Caroline Soppelsa, Docteur en histoire de l’architecture contemporaine, ingénieur d’études (laboratoire InTRu, université de Tours / UMS CLAMOR, Paris).Université de Tours

Le grand public méconnaît généralement les lieux dévolus à l’application de la peine privative de liberté. Les médias en véhiculent d’ailleurs une image partielle et stéréotypée : le mur, la coursive, les barreaux. Pourtant, la prison, qui ne devient instrument principal de châtiment qu’au lendemain de la Révolution française, a suscité depuis la fin du XVIIIe siècle une intense réflexion architecturale visant à en déterminer la forme idéale suivant le sens donné à la peine : punition ? régénération morale ? réinsertion ?

Les modèles s’exportent à l’échelle internationale, notamment autour de la question de l’encellulement individuel, donnant lieu à des compositions de plan – tel le fameux Panopticon – et à des dispositifs de détails – chapelles alvéolaires, rond-point central, cours « camembert »… – dont certains marquent encore profondément les programmes actuels de construction.

Mardi 24 janvier 18 h 30

Salle de conférences Léopold Senghor, 1 bis rue de la préfecture, 37000 Tours

Centre Sciences






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail