Agglopolys (Blois etc.) : du nouveau dans la collecte des déchets à partir du 6 février

L’ESSENTIEL : Les habitants des 48 communes d’Agglopolys (Loir-et-Cher) ont reçu dans leur boîte à lettres un courrier et une brochure explicative concernant la collecte des déchets. A partir du 6 février, les déchets de certaines communes seront collectés deux fois au lieu de trois, d’autres une fois au lieu de deux. La baisse du tonnage des déchets au profit du tri sélectif explique en partie ce choix. Il s’accompagnera aussi d’un lissage de la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) à 10,67 % pour tout Agglopolys. Certains habitants vont voir leur taxe baisser, d’autres légèrement augmenter.

Les rippers d’Agglopolys, C. Degruelle, F. Thiollet et C. Mary.

Il est des changements qui se produisent, parfois. Les habitudes des habitants d’Agglopolys (48 communes, 104.000 habitants) vont devoir s’adapter au nouveau mode de collecte des déchets. La diminution de production des déchets et donc d’un moindre tonnage de ceux-ci amène le président d’Agglopolys Christophe Degruelle et Christian Mary président de Val Eco (syndicat mixte gérant le ramassage des déchets et leur destruction ou recyclage) à s’adapter. « C’est une réorganisation pédagogique : il y a de plus en plus de tri sélectif, et la collecte des déchets ménagers diminue. Nous l’avons constaté au poids que nous ramassons. Certains jours, les bacs sont quasiment vides. Nous mettons en place une réorganisation des circuits », explique le président de l’agglomération blésoise. En moyenne : 4 kg par habitant et par semaine.

Le coût du traitement des déchets : toujours plus élevé

Concrètement, les communes ou les quartiers d’une commune qui voyaient passer le « camion-poubelle » trois fois par semaine ne le verront plus que deux fois. Celles qui le voyaient passer deux fois ne le verront plus qu’une fois. Seule exception : l’hyper centre-ville de Blois qui continuera d’avoir une collecte six jours sur sept. Avec 200 tonnes de moins en moyenne par an, le volume des ordures ménagères collectées en porte-à-porte baisse depuis 2012. La deuxième collecte hebdomadaire s’en trouve affectée : rarement pleins, les bacs ne sont même pas présentés à chaque fois. Il faut également faire face à l’augmentation du coût de traitement des déchets toujours plus élevé : 92 €/tonne en 2006 ; 136 € en 2016 : +47 % en 10 ans !).

Plus qu’un seul ripper derrière les camions

Ce changement s’accompagne de deux autres : l’arrêt des « marches-arrière » des camions (conséquences les habitants devront faire un tout petit peu plus de chemins pour disposer leurs bacs) et la mise en place de mono-ripper (un seul employé sur les deux actuellement). « C’est un travail qui s’est fait dans la douceur », explique François Thiollet, vice-président d’Agglopolys en charge de la collecte et élimination des déchets. « Mais en zone rurale, on est déjà en mono-ripper à l’arrière des camions », précise-t-il. Avantage : cela permettra de faire le travail de collecte avec les seuls employés de la régie (Val Eco) sans faire appel à un prestataire extérieur. « Pas de suppression de poste ni de non remplacement », ajoute François Thiollet. « On va même embaucher une personne de plus ! ».

Légère baisse de la taxe (pour les uns) ; légère hausse (pour d’autres)

Mais la « bonne nouvelle », c’est qu’Agglopolys, grâce aux économies réalisées, s’engage d’ici deux ans à lisser le taux de la TEOM (Taxe d’enlèvement des ordures ménagères, basée sur le foncier bâti) à 10,67 % pour toute la communauté de communes. Pour Blois, Vineuil, Saint-Gervais-la-Forêt et la Chaussée-Saint-Victor par exemple, cela représentera un petit gain. Mais ce ne sont pas les seules communes qui vont voir leur facture allégée : les communes de Beauce au nord de Blois (Villefrancoeur, Saint-Étienne-des-Guérets, Champigny-en-Beauce, Orchaise, La-Chapelle-Vendômoise, etc.), et au sud de la Loire (Chambon-sur-Cisse, Onzain, Chaumont-sur-Loire, etc.). D’autres communes vont subir une légère augmentation pour parvenir aux 10,67 % (Candé-sur-Beuvron, Cellettes, Chailles, Les Montils, Monthou-sur-Bièvre, Villebarou, Villerbon, etc.).

À noter également : souvent pointée du doigt pour le manque de points d’apport volontaire de tri sélectif, Blois va voir augmenter la proximité en installant vingt points supplémentaire d’ici à 2018. « Le choix de l’apport volontaire est moins coûteux que la collecte en porte-à-porte », conclut François Thiollet. « Il faut pour que ça marche que les habitants fassent l’effort d’y apporter les déchets recyclable ». Pour que la pédagogie rentre bien dans les esprits, les camions poubelles afficheront sur leurs flancs une série de nouveaux messages destinés à marquer les consciences…

F.Sabourin.

www.agglopolys.fr / collectedesdechets@agglopolys.fr / 02.54.58.57.57.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Personne ne précise que les employés de la société, prestataire de services, avant la réforme ont été licenciés…ce qui ne se constate pas puisqu’ils n’étaient pas salariés de Val Eco, mais salariés de la boîte prestataire. Habile tour de passe-passe…social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail