Législatives Indre-et-Loire : EELV présente 5 candidats

En fin de semaine dernière les cinq candidats EELV (Europe Ecologie Les Verts) aux législatives sur le département d’Indre-et-Loire ont tenu une conférence de presse commune pour lancer leur campagne.

Erwan Deliz, Clara Breteau, Christophe Dupin, Marie-Agnès Peltier et Éric Beaugendre, les 5 candidats EELV

Pour Europe Ecologie Les Verts, l’année 2017 constitue une étape importante. Après un quinquennat que le parti écologiste n’aura pas traversé sans encombres, entre soutien puis prise de distance avec le PS en national, départ de cadres vers l’UDE, perte de visibilité auprès d’électeurs déboussolés… l’heure est venue d’affirmer une ligne claire. La candidature de Yannick Jadot à la Présidentielle (désigné lors d’une primaire interne au détriment de Cécile Duflot)  va dans ce sens. Un nouveau cycle, c’est justement ce que souhaitent les 5 candidats écologistes pour les Législatives dans le département. En Indre-et-Loire, EELV est aujourd’hui clairement sur une ligne autonome, avec la ferme intention de peser dans le débat démocratique pour faire avancer l’écologie politique.

« L’écologie politique est dans l’air du temps, c’est à nous de la porter »

Refusant ainsi, les oracles qui leur prédisent un simple rôle de faire-valoir, les candidats EELV entendent bien faire entendre leurs voix. « L’écologie politique est dans l’air du temps, c’est à nous de la porter » avance-t-on, tout en se satisfaisant de voir les thématiques écologistes reprises par d’autres comme Mélenchon ou Benoît Hamon, arrivé depuis en tête du premier tour de la primaire de la Belle Alliance Populaire (PS et alliés). Une preuve s’il fallait, selon les écologistes, que les idées prônées depuis des années sont nécessaires et d’intérêt général.

Ce sera un des enjeux de cet enchaînement élections Présidentielle/Législatives pour EELV : réussir à exister au sein d’échéances qui s’annoncent cruciales et montrer que les écologistes peuvent porter des solutions concrètes et réalisables, dépassant le simple cadre environnementaliste dans lequel on veut souvent les enfermer. « L’écologie politique est globale » nous dit-on, et doit  permettre «  les transformations nécessaires de la société ». Lien social, ressources naturelles, modèle économique ou encore participation politique active des citoyens, sont autant de domaines entrant dans cette logique Et pour convaincre les électeurs, les candidats EELV ont chacun leurs idées et leurs thèmes de prédilection, en phase avec les enjeux de leur circonscription, mais aussi avec la Touraine en général, qu’ils promettent de défendre dans l’hémicycle en cas d’élections.

« Ce sont les citoyens qui vont changer les choses »

Pour Clara Breteau, candidate en lice sur la 4e circonscription (Celle de Chinon / Joué-lès-Tours), la question centrale doit être celle de la relocalisation et de l’attachement territorial. « Face à une économie mondialisée qui nous rend étrangers à nos territoires et à notre histoire, il faut ancrer l’économie dans nos territoires justement. Il y a un potentiel dormant en Touraine qui ne demande qu’à s’exprimer ». De mondialisation, il en est aussi question pour Erwan Deliz, candidat sur la 5e circonscription (Saint-Cyr-sur-Loire, Langeais…) pour qui « il est temps de passer d’une mondialisation économique à une mondialisation écologique ». De de son côté, Marie-Agnès Pelletier, candidate sur la 3e circonscription (Loches, Saint-Avertin, Saint-Pierre-des-Corps…), agricultrice de profession, souhaite réconcilier les territoires ruraux avec les territoires urbains, en faisant l’effort d’une économie agricole proche des consommateurs, à majorité urbaine, notamment à travers les filières de circuit-court. Remettre les territoires au centre des enjeux donc, tout comme la population. Tous engagés au sein de différentes associations, les candidats écologistes sont persuadés de la nécessité de renforcer la participation citoyenne aux débats politiques et sociétaux. « Ce sont les citoyens qui vont changer les choses » affirme ainsi Eric Beaugendre, candidat sur la deuxième circonscription (Montlouis-sur-Loire, Amboise…), partisan du mandat unique et de la limitation des mandats dans le temps, qui compte en cas d’élection, proposer à l’Assemblée des projets élaborés collaborativement avec les citoyens.

S’affirmer comme une force de gauche

« L’écologie politique c’est le développement d’énergies renouvelables locales et citoyennes, c’est une agriculture qui préserve notre environnement, qui produit de la qualité. C’est une nouvelle réflexion autour du temps de travail, de la formation, une nouvelle réflexion autour de la vie en ville, de la vie à la campagne, autour des solidarités, de la fiscalité, autour de la réduction des inégalités et de la place du citoyen. Toutes ces transformations remettent en cause notre modèle de croissance économique du XX° siècle désormais dépassé et ringard qui continue d’être porté par la quasi totalité des autres partis politiques » résume de son côté Christophe Dupin, candidat sur la 1ere circonscription (Tours).

Aidés des 120 adhérents EELV dans le département, ces cinq candidats vont dorénavant devoir transformer ces déclarations d’intention en véritable programme à défendre devant les électeurs. En choisissant une ligne claire, centrée sur des valeurs fortes, les écologistes espèrent pouvoir s’affirmer comme une force de gauche autonome capable de convaincre, tout en sachant que l’élection présidentielle (traditionnellement guère favorable à leur parti), aura un impact important sur ce scrutin législatif.

Mathieu Giua pour www.37degres-mag.fr

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je regrette qu’après l’échec des négociations avec LFI, vous n’ayez pas donné suite à une recherche ou tenté un rassemblement PS, verts de gauche, PCF en I et L.. Mes conversations personnelles me le laissaient espérer.
    L’heure est encore à la division qui discrédite les partis politiques, désespère les électeurs et les renvoie au FN, à l’abstention.et aux dépenses vaines.
    dommage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail