Biréli Lagrène, Gregory Porter, Yuri Buenaventura … « Jazz Or Jazz »: que du bon pour sa 2e édition

Fort du succès de sa première édition, « Jazz Or Jazz » revient cette année au Théâtre d’Orléans du 19 au 22 avril pour 4 jours de Festival haut en couleurs. Au programme :  grandes pointures internationales, musiciens nouvelle génération et talents locaux devraient ravire les jazzophiles orléanais.

De g à d Jean Louis Derenne, Nathalie Kerrien, François Xavier Hauville, Stéphane Kochoyan, Gabriel Lemaire photo Marie LIne Bonneau

Il y aura du lourd, du très lourd même pour cette nouvelle édition tant attendue des amateurs de jazz ! Concocté par François-Xavier Hauville, directeur de la Scène Nationale d’Orléans, Stéphane Kochoyan, conseiller artistique et Jean-Louis Derenne de l’association Ô Jazz !, cette 2e édition sera avant tout riche en diversités, formations, styles, origines et générations.

Avec des têtes d’affiche et maîtres du jazz comme le célèbre guitariste Biréli Lagrène, figure incontournable du jazz manouche dont le style est fortement influencé par Django Reinhardt. Également le très demandé Gregory Porter, chanteur baryton « au look d’ancien sportif qui ne cesse de remplir les salles de concert de puis 2014 », souligne Stéphane Kochoyan. Et aussi la très charismatique Dianne Reeves, dont la maîtrise de toute la diversité du jazz (R&B, pop, jazz, musique latine) en fait l’une des plus grandes chanteuses du moment, sans oublier la batteuse et compositrice Anne Paceo, Victoires du Jazz 2016 et coup de cœur Europe1 2016.

Calypso Rose ©JC Gallard

Cette programmation sera aussi marquée par une ouverture sur une world music ensoleillée avec notamment Yuri Buenaventura, showman exceptionnel et maître du latin jazz ; la caribéenne Calypso Rose de presque 77 ans et dont le dernier album a été produit par Manu Chao. À ne pas manquer non plus le bal latino de Ruben Paz Y Chévéréfusion qui promet une soirée des plus ‘caliente’ avec ses rythmes afro-cubains ! 

Enfin côté création, le festival fera la part belle à Alexandra Grimal, compositrice en résidence, l’Orchestre national de Jazz et le jazz moderne de Roberto Negro. Il permettra aussi de valoriser la génération montante à travers Jazz Migration comme Post K, PJ5 et le Quatuor Machaut qui a revisité la ‘Messe Notre-Dame’ du XIVe siècle de Guillaume Mauchaut.

Nouveau, le jazz au cinéma

En ‘before’ et ‘after’ du festival, deux expositions photographiques mettront à l’honneur le travail autour du jazz de deux photographes orléanais, Didier Depoorter et Christophe Esnault, et nouveauté, deux soirées cinéma seront proposées en partenariat avec le Cinéma des Carmes : les adeptes courront voir Ascenseur pour l’Échafaud de Louis Malle (version remasterisée), Miles Ahead de Don Cheadle et Born To Be Blue de Robert Budreau, jamais sorti à Orléans.

Bref, un beau programme en perspective pour toutes les générations et tous les goûts avec un tarif très attractif (de 5€ à 35€) et des événements gratuits. Principalement soutenu par la ville d’Orléans (100 000 €, soit +25% par rapport à 2016), « Jazz Or Jazz est un des événements culturels prioritaires de la ville, a souligné Nathalie Kerrien, qui rassemble et qui est une preuve que des choses se passent au théâtre hors saison »

En tout cas de quoi se détendre juste avant le premier tour des élections présidentielles ! 

E.B.

Programmation détaillée et billetterie (à partir de jeudi 26 janvier dès 13h) au guichet du Théâtre d’Orléans et sur le tout nouveau site internet du festival : www.jazzorjazz.fr.

Ruben Paz Y Chévéréfusion cFred_Reggalover

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Dommage que Jan Garbarek ne soit pas reprogrammé, comme promis par SK, cette année puisqu’il n’avait pas pu assurer son concert en 2016 à cause d’un musicien de renom (Trilok Gurtu) malade au dernier moment !
    2018 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail