Le Piano, un pont entre la Chine et l’Europe

Elles sont deux sœurs, l’une Ya-ou Xie, robe pailletée et talons aiguilles, vit à Berlin après avoir été, entre autre,  lauréate du Concours International d’Orléans, l’autre, Yashuangzi Xie, sobre robe grise et chaussures plates enseigne le piano à Shanghaï, deux images contrastées d’une Chine en pleine mutation, et pourtant par delà les kilomètres qui les séparent, sorte de magie de la génétique, elles forment un duo de pianistes jouant à quatre mains, avec une virtuosité fascinante par la richesse de leur exécution.

Yashuangzi Xie et Ya-ou Xie

Romantisme, fantastique et modernité

Et le programme proposé par les sœurs Xie ce dimanche matin* pour les Matinées du Piano à la salle de l’Institut d’Orléans, formait une passionnante synthèse entre l’orient et l’occident avec l’interprétation de trois œuvres qui nous fit parcourir un immense aller retour dans le temps et dans l’espace pour notre plus grand bonheur musical.
Avec en ouverture, les Six Epigraphes antiques de Debussy, série de pièces courtes qui se répondent dans une forme de rêve éveillée, au romantisme parfois mélancolique, avant la découverte absolue de cette composition en hommage au musicien chinois légendaire Kui, qui, il y a 4.000 ans créa une nouvelle musique, dit la légende, mêlant uniquement  les sons naturels de la montagne**. Le musicien contemporain Xiangping Zou compose avec cette création une œuvre intense, aux contrastes saisissants, où les “quatre mains” s’affrontent souvent dans des sortes de duels musicaux qui évoquent puissamment les forces de la nature,  ouvrant alors sur un univers aux sonorités fantastiques.(Pour les absents, un enregistrement de cette œuvre est prévu à Berlin en février, pour une sortie du CD en mai 2017).
Et pour clore ce programme matinal, l’adaptation pour piano à quatre mains du Sacre du Printemps d’Igor Stravinsky, œuvre qui fit à sa création en 1913, un vrai scandale auprès des spectateurs déroutés par son innovation musicale, et dont cette version pour piano “quatre mains” écrite par Stravinsky*** lui même, nous replonge dans son envoutante modernité, dépouillée des timbres de l’orchestration symphonique.

Un passionnant voyage musical en ce dimanche matin, et un magnifique exemple, n’en déplaise à tous les racornis nationalistes qui envahissent notre monde aujourd’hui, de la richesse inestimable produite par l’échange culturel comme stimulant d’une créativité sans cesse renouvelée.

Gérard Poitou

*Curieusement, ce concert ne figure pas dans le programme des “festivités” organisées par la ville d’Orléans pour ce Nouvel An chinois…

**”Chine : culture et traditions” Par Jacques Pimpaneau ed. Piquier Poche

***La version la plus connue de cette “réduction” est sans doute celle des sœurs (déjà !) Katia et Marielle Labèque chez Deutsche Grammophon

Les Matinées du Piano

Concert à quatre mains avec Ya-ou Xie et Yashuangzi Xie

Au programme :
– Claude Debussy, Six épigraphes antiques (1914)
– Xiangping Zou, KUI-The Legendary Chinese Musician from Ancient Times (1999)
– Igor Stravinsky, Le Sacre du Printemps (1913)

Dimanche 29 janvier à 10 h 30  gratuit

Salle de l’Institut Place Sainte Croix 45000 Orléans

http://www.oci-piano.com/fr/

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail