Orléans : Barbara Pompili et la précieuse biodiversité

Pour la deuxième fois en moins de deux mois, la Secrétaire d’État à la biodiversité Barbara Pompili est venue à Orléans au Conseil régional. Après avoir signé la déclaration commune d’engagement pour la création d’une Agence régionale de la biodiversité, elle participait mardi 31 janvier en matinée au séminaire de préfiguration de cette future agence.

« Quand je dis que je suis Secrétaire d’État à la biodiversité, le réflexe ironique c’est souvent de me dire que je m’occupe des fleurs et des petits oiseaux. C’est bien, mais on voit qu’il y a un problème de sens qui n’est pas intégré : c’est un travail d’utilité publique ! », a déclaré sans se départir de son sourire Barbara Pompili. Le 28 novembre dernier, elle paraphait une déclaration d’engagement pour la création d’une Agence régionale de Biodiversité, avec François Bonneau, président de Région. A peine deux mois plus tard, elle revenait pour participer, avec environ 200 personnes, au séminaire de préfiguration de cette future agence, qui devrait voir le jour dans quelques mois. « C’est la bonne méthode », ajoute encore Barbara Pompili, « l’intelligence collective produit déjà des effets. On rentre dans le : comment on va faire ? ».

Avoir une vision à 360° sur la biodiversité

Restitution des ateliers lors du séminaire de préfiguration.

La loi du 8 août 2016, pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a « mis en lumière deux finalités : d’abord il faut mettre des mots et des images sur ce qu’est la biodiversité », insiste François Bonneau dans son propos introductif. « Ensuite, si on n’est pas dans le 360°, on n’y arrivera pas. Si nous n’avons pas la capacité de nous inscrire dans la sauvegarde de la biodiversité, on ne serait pas à la hauteur », a-t-il martelé.

Savoir quoi faire et comment le faire

58 % des espèces vertébrées ont disparues dans le monde entre 1970 et 2012. « 80 % des zones humides ont été supprimées en France depuis 100 ans », précise Barbara Pompili. « Tout le monde a compris le sujet du changement climatique – sauf peut-être le Président des États-Unis – et la nécessité de revoir nos politiques ». Mais selon elle, « la question du sens, du pourquoi sauvegarder la biodiversité » est aussi importante. Ateliers sur les besoins, ateliers sur les usages : la Secrétaire d’État retient aussi de cette matinée de séminaire au Conseil régional « l’échelle des petits territoires identifiés. Par exemple : les communes. Beaucoup d’élus de petites communes ont besoin de savoir quoi faire et comment le faire pour sauvegarder la biodiversité ». Avant de conclure : « ce que vous faites est précieux ».

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Encore une nouvelle Agence avec un coût induit de fonctionnement ! Si c’est pour fusionner tous les organismes publics et privés qui se préoccupent dans la région de diversité, d’accord ! Si c’est pour ajouter encore une “couche” ou une strate à l’existant, c’est “contre-productif” et donc inutile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail