Le secrétaire d’Etat au budget à Orléans: l’impôt à la source sera d’Eckert en 2018

Ancien prof de mathématiques, Christian Eckert n’a plus aucune ambition. Une fois rendu son porte-feuille de secrétaire d’Etat au budget, il se rangera des voitures ministérielles, quel que soit les résultats de la Présidentielle et des législatives.

Christian Eckert, entouré de Philippe Dufresnois et Nacer Meddah.

Alors il achève sa mission qui consiste à “vendre” l’impôt à la source (pas à Orléans La Source, mais partout en France), dans les Régions. En visitant les services fiscaux du Loiret cité Coligny à Orléans, Christian Eckert s’est même permis le luxe en toute transparence de révéler ses revenus de Secrétaire d’Etat et de son épouse (7050€ plus 3 000) pour illustrer le taux d’imposition. Après avoir rencontré un groupe de représentants des syndicats à son arrivée, Christian Eckert a ensuite été cornaqué dans les services par Philippe Dufresnois, le directeur régional de finances publiques et par le préfet de Région Nacer Meddah.

Le passage à la retraite sans matraquage

“L’impôt à la Source réagit de suite à un changement de situation” a souligné le ministre. Exemple de réactivité vécu par 800 000 Français tous les ans, le passage à la retraite. Aujourd’hui, lors de la première année après la cessation d’activité les revenus baissent et pourtant les retraités  continuent de payer la première année des impôts sur leur revenus antérieurs. Avec la retenue à la source, c’est fini, le contribuable paye chaque mois selon l’assiette et le taux, donc selon ses revenus actuels.

Toujours la déclaration

Christian Eckert.

Pour autant, il faudra continuer chaque année à faire une déclaration de revenu, même ceux des foyers qui ne sont pas imposables. “75% des Français pensent que c’et une bonne réforme” a dit le ministre qui en a donné le coût exact, 40 millions d’euros, 500 emplois et un an de travail spécialement dédiés dans les services fiscaux. Si jamais, en raison du changement de couleur politique à la tête de l’Etat, il fallait revenir sur la mesure qui prendra effet en 2018, comme le demande des candidats à la Présidentielle, c’est à peu près la même somme qu’il faudrait dépenser                                                                                     pour revenir en arrière. 

                                                                                 La souplesse

Les contribuables autour de la table.

Un des gros avantages de cette réforme (qui a été faite par tous les pays du continent européens hormis la Suisse) c’est la souplesse. Ainsi, un contribuable ou un foyer qui voit sa situation changer en cours d’année (mariage, naissance, chômage, deuil…) peut adapter immédiatement ses mensualités. Pour les salariés, les services fiscaux enverront à l’employeur le taux de prélèvement et la retenue se fera automatiquement puis sera indiquée sur la fiche de paye. En 2017, année blanche de transition, le contribuable recevra un taux prévisionnel de prélèvement  mensuel pour 2018. “Un taux qu’il sera possible de modifier en ligne si besoin” a indiqué le ministre qui a insisté sur le traitement numérique de l’impôt pour le contribuable. Quant aux indépendants, souvent les plus inquiets vis-à-vis du changement de système, “ils pourront demander la modulation de leur acompte au fil de l’eau” a t-il précisé pour ceux dont les revenus subissent des variations.

La confidentialité sera t-elle respectée par l’employeur, une des questions posées par les représentants des contribuables réunis autour du secrétaire d’Etat? “Il n’aura pas à savoir si votre épouse gagne dix mille euros ou si vous êtes propriétaires de plusieurs appartements”. L’impôt à la source prendra donc effet en janvier 2018. En revanche, la réforme de l’impôt (local) au quartier de La Source à Orléans reste une usine à gaz impossible à solutionner et qui illustre à merveille aussi, la complexité de notre système fiscal. Mais c’est une autre histoire.

Ch.B

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail