Les Fêtes de Jeanne d’Arc innovent

Son et lumière, réseaux sociaux, partenariats économiques… Un vent nouveau souffle sur l’étendard de la Pucelle. En attendant les prochaines festivités johanniques, Bénédicte Baranger, nouvelle présidente de l’Association Orléans Jeanne d’Arc, entend insuffler une nouvelle dynamique à ce rendez-vous vieux de six siècles, en impliquant notamment la jeunesse orléanaise et les acteurs locaux.

Bénédicte Baranger, présidente de l’Association Orléans-Jeanne d’Arc depuis mars 2016.

Un son et lumière le 29 avril. « Mettre en place des événements qui permettent aux Orléanais de se réapproprier les fêtes ». Voici l’ambition de Bénédicte Baranger, présidente depuis mars 2016 de l’Association Orléans – Jeanne d’Arc.

Pour autant pas question de tout révolutionner mais d’innover, séduire, dynamiser… bref dépoussiérer ces festivités tout en gardant leur esprit et dont la ville célèbrera cette année la 588e édition.

Première nouveauté : un son et lumière au soir du 29 avril au Campo Santo, en marge de la cérémonie de la remise de l’épée. Populaire, participatif et pédagogique, il sera orchestré par Jérôme Depoix : « Ce sera un spectacle d’une vingtaine de minutes avec entre dix et vingt figurants et un groupe de musiciens. L’idée n’est pas de révolutionner l’histoire de Jeanne d’Arc mais d’aborder le mythe sans tomber dans le ‘il était une fois…’. Nous voulons que les spectateurs soient pris par l’ambiance »

Un 1er mai pour toute la jeunesse. Organisée par l’association en partenariat avec la ville d’Orléans, cette journée, placée sous le signe de l’hommage de la jeunesse chrétienne à Jeanne d’Arc, notamment par les scouts, sera revisitée dans la disposition des différents hommages et la participation des groupes à la célébration sur l’Île Charlemagne « Cette journée doit être ouverte à tous quelle que soit l’appartenance des jeunes à une famille, précise Bénédicte Baranger. Notre objectif est de doubler l’effectif des 800 jeunes présents. Faire de ce rassemblement une journée plus spontannée où les jeunes ne seraient plus que des figurant qui défilent ». 

Alors que l’idée d’olympiades est annoncée, une réflexion est également menée avec les acteurs impliquées pour dynamiser cette journée : communes de St Jean-de-Braye, St Denis-en-Val et St Jean-le-Blanc, mouvements de jeunes, l’église et des groupes de musique. Un vivier pour étoffer la Chorale Johannique, ouverte à tous, qui signera son grand retour à l’hommage religieux du 14 mai ! 

Un partenariat innovant. Soutenue par la ville, l’association Orléans-Jeanne d’Arc doit malgré tout rechercher des financements pour couvrir l’ensemble de ses frais mais aussi développer des activités. Pour cela, elle a choisi de se rapprocher d’entreprises et de commerçants impliquées dans la vie culturelle d’Orléans, comme Les Cafés Jeanne d’Arc, avec qui l’association a signé la toute première convention de partenariat. « Outre l’accompagnement financier, l’idée est d’être un relais de communication, d’accompagner la dimension festive de la ville – nous apporterons un soutien logistique au spectacle du 29 avril apr exemple – et être acteur de ce qu’Orléans va gagner en rayonnement, explique Stéphane Girard, directeur de cette illustre maison familiale de torrefacteur qui a ouvert sa première boutique lors des fêtes de Jeanne d’Arc en 1899.  

Jeanne sur les réseaux. Pour toucher davantage les Orléanais et les jeunes, l’association lance un nouveau plan de communication : un nouveau logo, un site Internet (www.jeannedarc.fr) pour le rayonnement institutionnel des fêtes, une page Facebook (facebook.com/orleansjeannedarc) pour rendre l’information plus accessible et permettre l’implication de tous, et un compte Twitter (@orleans_jeanne) pour améliorer la visibilité des fêtes auprès d’influenceurs hors agglo et Orléans et être un relais d’opinion.

« Ce sont les premières pierres d’un projet de redynamisation et de modernisation. Nous avons d’autres projets sous le pied !, conclut Bénédicte Baranger. Quant à la question de la laïcité, l’un des thèmes de campagne présidentielle, la présidente rétorque que « les Fêtes de Jeanne d’Arc sont les seules en France à rassembler les trois pouvoirs (État, religieux et militaire). Que les politiques viennent vivre la laïcité à Orléans ! Orléans est un modèle où la laïcité se vit dans ce qu’il y a de plus beau, où chacun se respecte et cohabite avec respect ».

À méditer en ce jour de la présentation de la Jeanne 2017.

Estelle Boutheloup

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail