Vendôme : une étoile supplémentaire brille sur la gastronomie régionale

Guillaume Foucault, chef du Pertica à Vendôme, rejoint la faible cohorte régionale du Graal culinaire, en décrochant une étoile au Guide Michelin 2017.

Guillaume Foucault, chef étoilé du Pertica à Vendôme (Loir-et-Cher).

On attendait sa consécration il y a deux ans puis l’an passé. Mais Guillaume Foucault patron du restaurant Pertica à Vendôme avait dû passer son tour, devancé par deux établissements loir-et-chériens (Assa et La Maison d’à Côté) et par Côté Jardin à Gien récompensés d’un macaron en 2015. Cette fois le palmarès du Michelin 2017 qui a été dévoilé hier répare une injustice et accorde donc sa première étoile à Guillaume Foucault.  Il est vrai que depuis son ouverture en 2013 dans le centre de Vendôme cet ancien apprenti du CFA de Blois a fait ses preuves chez de grands chefs comme Pascal Barbot avant de diriger l’Artémise à Uzès où Gault et Millau le reconnait comme « Jeune talent » et Omnivore comme « Révélation » tandis que le guide le Fooding le célèbre. ll revient finalement dans sa région à Vendôme où il réhabilite avec sa femme  Quy Phi un restaurant du centre ville dans le respect du patrimoine percheron afin de créer un lieu où « patrimoine urbain et patrimoine culinaire peuvent s’exprimer.

Le Centre : désert gastronomique ?

C’est au CFA de Bois que Guillaume Foucault a fait ses premiers pas en cuisine comme apprenti.

Cette nouvelle et belle étoile ne saurait faire oublier la pauvreté de la gastronomie régionale de haut niveau. On peut certes s’approprier le macaron qui a également été obtenu par Thibaut Ruggeri dans son restaurant de l’abbaye de Fontevraud. Mais en quelques années, le paysage régional dressé par Michelin s’est considérablement appauvri avec la perte des étoiles du Dantan Sancerrois à Bourges, la Cognette à Issoudun, Au Rendez-vous des Pécheurs à Blois, La Chancelière à Montbazon, Charles Barrier à Tours. Cette année nouvelle disparition mais logique cette fois de l’étoile de La Roche Le Roy à Tours où Alain Couturier a laissé son affaire, étoilée depuis 1989, au jeune chef Maximilien Bridier qui a sans doute les capacités pour en récupérer une, voire deux.

Orléans morne assiette !

Quant à Orléans – ville de sous-préfecture gastronomique – Le Lièvre Gourmand demeure l’unique étoilé de la ville où Tristan Robreau a réussi à conserver et à développer ce patrimoine. La ville ne manque certes pas de talents, comme le montre notamment les labels Maître Restaurateurs attribués à de nombreux chefs. Mais il leur manque toujours une marche pour accéder à la reconnaissance ultime, celle de l’étoile Michelin.

JJ. Talpin.

 Juste un cran en dessous de l’étoile, Michelin décerne des Bib Gourmand aux restaurants qui promeuvent le rapport qualité-prix avec un repas complet qui ne dépasse pas les 32 euros. La région compte 46 Bib dont 7 nouvelles adresses cette année :
Amboise : Le Lion d’Or.

Bourges : Les Petits Plats du Bourbon. 

Montlivault : Côté Bistro. 

Monts : Au Carrousel des Saveurs. 

Tours : Au Lapin qui Fume. 

Tours / Saint-Cyr-sur-Loire : L’Atelier d’Olivier Arlot.

Villegenon : La Récréation Gourmande.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail