Inondations de mai-juin 2016 : un rapport pointe les insuffisances dans la gestion de  crise

La gestion de la semaine d’inondation qu’ont vécu le Loiret et en particulier l’agglomération orléanaise et le nord d’Orléans au début de juin 2016  est loin d’avoir été parfaite souligne un rapport diligenté par la ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer.  

L’évacuation des voitures piégées par les inondations sur l’A.10

Alertée dès le 6 juin alors que l’eau était encore à un haut niveau par  une question écrite parue au journal officiel de Jean-Pierre Sueur, Ségolène Royal demandait  au Conseil général de l’Environnement et du Développement Durable, organisme compétent et indépendant  d’établir un rapport  sur  ce qui avait été fait et sur  les mesures à prendre pour l’avenir, rapport qui a été transmis ce jour au sénateur et à la presse.

Mais bizarrement alors que Manuel Valls avait demandé un rapport sur l’ensemble du département, ce premier rapport ne concerne qu’Orléans et son agglomération, alors que les dégâts les plus importants ont été constatés à Montargis, dans le Gâtinais en général et le long du canal à Chécy, Fay-aux-loges…

 

Manque de vision globale sur la crise, perte de temps

Villemandeur ©D.C. Radio C2L

S’ils reconnaissent que la réorganisation de l’Etat en matière d’information routière et gestion de crise  était encore « dans une période de transition », les deux auteurs du rapport soulignent « la faible réactivité des services de l’Etat pour accompagner l’exploitant de la A 10 dans sa gestion du trafic ».  De leur enquête menée sur le terrain et auprès des organismes concernés, il ressort que « le déroulé des événements montre à l’évidence que les décisions d’informer les conducteurs et de mettre en place des mesures de déviation ont été prises avec retard et avec une  efficacité insuffisante ». Insistant sur la réorganisation du Centre  régional d’information et circulation routière  (CRICR) et  en conséquence l’absence d’agents connaissant l’ensemble des réseaux routiers, rodés à s’expliquer avec les exploitants, et ayant  des relations inter-services, ils reconnaissent que « la  préfecture du Loiret et la préfecture de zone n’ont pas réussi à échanger correctement » sur les déviations et l’organisation de demi tours « sans doute parce que d’autres crises ( en particulier l’évacuation di centre pénitentiaire d’Orléans –Saran) ont accaparé l’attention ».

Problème de connection entre Etat et département

Le Loing à Chalette (pendant la crue).

Les routes départementales essentielles à la circulation dans le Loiret étaient également submergées. Les rapporteurs disent «  que le conseil départemental a  diffusé de l’information sur les coupures en temps réel sur son site internet. Néanmoins on peut regretter qu’il n’y ait pas eu de concertation avec les services de l’Etat qui géraient la circulation depuis Rennes ». A cela s’est ajouté »  l’absence  de connaissance et de mémoire du risque de la Retrève », rivière souterraine qui ressurgit «  par les autorités publiques et la plupart des entreprises touchées a freiné la compréhension  et donc la réactivité ».

Multiplicité des centres de décision

L’évacuation des voitures piégées par les inondations sur l’A.10

A ces premiers handicaps s’ajoutaient  la multiplicité des centres de décision. Fonctionnaient en parallèle La cellule opérationnelle départementale du Loiret, le  la cellule opérationnelle zonale de la préfecture zonale et les  PC des différents services de l’Etat, des collectivités locales, de COFIROUTE et les cellules d’urgence des entreprises touchées. Cela conduit à souhaiter que, comme dans d’autres pays les PC des différents services publics soient regroupés dans un même bâtiment.

Les enseignements à tirer : dix propositions

A St Cyr en Val près d’Orléans

En dépit  de ce manque de vision globale dans cette crise aux multiples facettes, les rapporteurs  soulignent  « la détermination et le sens de l’intérêt public  des différents intervenants, Etat, collectivités locales, entreprises, un bonne connaissance des moyens disponibles et leur mobilisation, (militaires pour dégager les usagers de l’A 10, pompiers) ». Tirant les enseignements de cette crise dramatique le rapport fait dix propositions pour l’avenir dont  un épisode pluvieux  n’est hélas pas exclu les rapporteurs font  dix recommandations.

En priorité approfondir la connaissance du fonctionnement hydrologique et hydrogéologique du bassin versant de la Retrève et procéder à un recensement des gouffres  puis réaliser un plan d’aménagement global de ce bassin sur la base d’une pluie de moyenne importance.

Surveillance de l’A.10

Un routier néerlandais joue les acrobates sur la glissière de sécurité pour demander sa position.

Ils demandent au Conseil départemental de vérifier les conditions de sécurisation de la trémie de Saint-Jean-de-La- Ruelle par, la mise en place d’un dispositif de surveillance et d’alerte  du niveau d’eau  en Amont de l’A 10., la mise en chantier sans tarder d’un atlas des zones inondables sur la base d’un relevé des laisses de crue de mai juin 2016 et encouragent les maires à poser des repères « de crues .

Ils demandent à l’Agglo (bientôt métropole) un programme de travaux garantissant une bonne gestion des eaux pluviales dans les secteur nord-ouest de la communauté orléanaise, la maîtrise des zones urbaines dans les secteurs à risque, l’équipement les zones à risque en éclairages, en  caméras et en barrières permanentes de coupure pour éviter que les automobilistes s’engagent.

Manuel Valls Manuel Valls et Bernard Cazeneuve à Montargis sur le front des inondations

Ils demandent enfin que soit étudié en lien avec COFIROUTE les modalités de fermeture à titre conservatoire d’une autoroute en pleine voie, la  réalisation régulièrement d’ exercices de crise routière pour tester la nouvelle organisation et éprouver les divers dispositifs d’information vers les élus. Interrogée sur ce rapport la préfecture du Loiret indique: “nous avons reçu ce rapport il  y a quelques jours et nous sommes en train d’analyser ses conclusions; nous organiserons rapidement une présentation du rapport en présence des inspecteurs avec l’ensemble des parties concernées, pour tirer les enseignements utiles”, une présentation qu’elle rendra public à son tour.

F.C.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail