L’agriculture du Loiret laboure aussi avec des drones

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Le département du Loiret continue de labourer le terrain. Rien n’était acquis avec l’arrivée de la loi NOTRe et la nouvelle prédominance de la Région sur l’économie. “A la limite de l’Île-de-France, notre agriculture a une situation privilégiée pour nourrir les hommes” a expliqué jeudi le président Hugues Saury, lors d’une journée consacrée à ce secteur avec la Chambre d’agriculture.

 

“Arrêter l’hémorragie”

Hugues Saury, président du Conseil départemental..

“Contrairement à d’autres départements”, ceux du Berry qui se sont débarrassés du “fardeau”, “cela s’est bien passé avec le Conseil régional et a abouti à une convention“. Et il a rendu hommage à Frédéric Néraud son vice-président qui s’est consacré à ce dossier. Au total le Loiret consacrera en 2017 un million d’euros à son agriculture sous forme de diverses interventions. Sur le fonctionnement avec une aide financière de 300 000 euros à la Chambre, il s’agit d’outils pour tenter d’endiguer la disparition des exploitations. Selon Michel Masson 15% des exploitations seraient menacées en 2017-18 dans le Loiret qui comprend encore 3 800 entreprises agricoles. “Il faut arrêter l’hémorragie” lance Michel Masson qui se félicite que l’aide de proximité du département soit maintenue.

Des drone à la ferme

Michel Masson, président de la Chambre d’agriculture.

Parmi les actions de “première urgence” que finance le Loiret, 50 000€ sont alloués au dispositif LEA pour “Loiret Ecoute Active”, piloté par la Chambre. Quinze agents de la Chambre spécialement  formés vont à l’écoute des agriculteurs en détresse. Trois cents ont été accompagnés depuis deux ans, “pour les écouter et répondre à leurs besoins”.

Pour autant, l’agriculture d’aujourd’hui, ce n’est pas toujours cette image misérabiliste ou celle des poules qui gambadent dans la cour de ferme. La Chambre agriculture va acquérir un deuxième drone mis à la disposition des exploitations pour optimiser les traitements et l’irrigation, grâce à de systèmes sophistiqués qui mesurent les besoins du sol, en passant par le GPS du tracteur. Avec les responsables agricoles Hugues Saury et Frédéric Néraud ont pu mesurer sur place en Gâtinais, à la Chapelle-sur-Aveyron, lors de cette journée agricole, les progrès spectaculaires du numérique dans nos champs.

Ch.B

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail