Orléans: Hélène Mouchard-Zay monte au créneau contre Marine Le Pen

De nombreux téléspectateurs, orléanais en particulier, se sont étonnés de voir Hélène Mouchard-Zay dans le public sur le plateau de France 2 jeudi soir lors de l’émission consacrée à Marine Le Pen, un public composé essentiellement de partisans du Front national.

Sur le plateau de France 2.

 

Ancienne adjointe au maire socialiste d’Orléans Jean-Pierre Sueur, le Front national n’est pas la tasse de thé de la fille de Jean Zay, ministre de Léon Blum sous le Front populaire!. Explication, c’est le cabinet de Najat Vallaud-Belkacem qui a demandé à l’Orléanaise de figurer sur le plateau de Emission politique avec deux autres “partisans” (*) de la Ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem qui avait accepté d’apporte la contradiction à la présidente du FN. Ce qu’elle a fait avec pugnacité.

Pourquoi Hélène Mouchard-Zay? Parce que dans le programme de Marine Le Pen, au chapitre éducation (proposition 102) figure une citation de Jean Zay sur la laïcité. Une phrase très connue, “les écoles doivent rester l’asile inviolable où les querelles des hommes ne pénètrent pas”. Une citation reprise d’ailleurs en 2015 dans son discours de voeux à l’Education nationale par François Hollande  la Sorbonne.

Cette récupération de Jean Zay par Marine Le Pen n’a pas été évoquée durant le débat sur France 2. En revanche, informée de cette citation dans le programme de Marine Le Pen, Hélène Mouchard Zay très en colère, a réagi sur un réseau social où elle s’indigne de ce “rapt”, en expliquant, par un retour historique salutaire, que son père avait prononcé cette phrase en réaction aux ligues d’extrême-droite.

Ch.B

* dont Philippe Kemel député PS d’Hénin Beaumont qui a battu Marine Le Pen aux législatives en 2012.

——————————————————–

 

“Le FN est l’héritier de cette extrême-droite des années 30”

“Elle a osé…
Après avoir rapté avec cynisme le concept de laïcité pour en faire une machine de guerre contre les musulmans, voilà que Marine le Pen, dans son programme, ose invoquer le nom de Jean Zay , citant une phrase de la circulaire signée par lui en 1936, qui interdit tout signe politique dans les établissements scolaires.

Hélène Mouchard-Zay au Panthéon, lors de l’entrée des cendres de son père.

Mais sait-elle pourquoi Jean Zay réaffirme avec force dans cette circulaire le devoir de laïcité dans les établissements scolaires ? Ceux en effet qui, dans les années 30, menacent la laïcité, ce sont essentiellement les ligues d’extrême-droite qui, pour détruire la République, maintiennent l’agitation dans les établissements scolaires et cherchent à y introduire leur propagande, par toutes sortes de ruses : tracts, recruteurs, enrôlement, etc . C’est contre les menées de ces ligues que Jean Zay veut protéger les enfants, et par la protection de la loi . L’année suivante, il rappelle que l’interdiction vaut aussi pour les propagandes confessionnelles. : « Aucune forme de prosélytisme ne saurait être admise dans les établissements… » .

Loin de prôner une « neutralité » qu’invoque M. Le Pen, Jean Zay appelle les enseignants à la mobilisation pour la défense de la République et les valeurs qui la fondent . S’il refuse tout militantisme politique, idéologique ou religieux dans l’école, c’est au nom des valeurs qui fondent la République et que combat au contraire M. le Pen : il veut une école qui apprenne à juger par soi-même et non à applaudir des hommes – ou des femmes – providentiel(le)s. Il veut une République ouverte, fraternelle, solidaire, qui n’exclut personne en raison de ses origines ou de sa religion, et dont le fondement est une école qui accueille tous les enfants, quels qu’ils soient, et qui tente de les ouvrir au monde.

En 1940, c’est cette même extrême-droite qui accueille comme une « divine surprise » (Maurras) l’accession au pouvoir, grâce à la victoire de l’Allemagne, de Pétain et de ce régime qui va s’empresser de mettre à mort la République, avant d’engager les persécutions contre ceux qu’il désigne comme « l’anti-France ». Ses journaux, en particulier Gringoire et Je Suis Partout, ne cessent pendant toute l’occupation d’alimenter la haine contre les juifs et les résistants et Jean Zay, depuis toujours détesté par l’extrême-droite, continue à être l’une de leurs cibles principales. La milice s’engage activement dans cette chasse à mort contre les juifs et les résistants. Cette même milice qui assassinera Jean Zay en 1944 …

Le FN est l’héritier historique de cette extrême-droite française, maurassienne et pétainiste. Il ne s’en est jamais démarqué, et chacun peut constater l’inspiration maurassienne des idées qu’il développe.

Hélène Mouchard-Zay
fille de Jean Zay

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je profite de la lecture de cet article pour vous faire passer l’information sur cette initiative de L’Union syndicale Solidaires Loiret et les organisations du Collectif Orléanais pour les Droits des Femmes : dimanche 5 mars – 17 h DEBAT Droits des femmes contre les extrêmes droites avec l’intervention de Luz Mora de VISA (Vigilance et initiatives intersyndicales antifascistes) et des représentant.e.s d’Organisations locales à la Bourse du travail à Orléans – 10 rue Théophile Naudy
    Contre les fausses idées et les doubles discours répandus par l’extrême droite..démasquons les !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *