Ne pas perdre le Nord (Orléans-Lens 2 à 1)

Ne pas doucher l’espoir né de la belle série de victoires, suer sang et eau, hors de tout calcul. Le programme orléanais était simple, tout tracé comme le périmètre de la toute nouvelle métropole.

Chaude la tribune des supporters lensois.

Comme un lundi endeuillé par la disparition brutale de l’enfant du pays, Xavier Beulin, Orléans avait décidé de tourner le dos à sa profonde tristesse. Même La Tribune bleue, habituellement aussi déserte qu’un département sans médecin, brillait des feux du meilleur public de France, le puits artésien de l’enthousiasme sans fonds. Un jeune Erasmus venait même incarner la mobilité internationale, sous le regard enamouré de l’entraînant Casanova. Plein comme un estaminet au milieu des corons un jour de paie, le stade de la Source vibre et bouillonne sans même attendre le coup d’envoi.

Majorité pénale 

Baretto.@Julien Peron (USO).

Dès la 4e, Sissoko doit se détendre sur une belle frappe lensoise, mais Armand et Baretto répliquent immédiatement. Le pressing nordiste gêne le jeu orléanais, pourtant la partie est enlevée. À la 13e, un beau centre venu de la droite menace la cage orléanaise, juste avant une belle réaction d’Armand, toujours intenable.

À la 17e un coup franc obtenu par Armand, mal tiré, ne donne rien, pas plus qu’une frappe de loin de Youssouf. Lens se montre plus nettement dangereux à la 20e, excitant la réaction immédiate de Baretto.

Miracle à la 24e, l’arbitre oublie généreusement de siffler un pénalty pour les Lensois, peu avant que Douchez ne sorte de sa surface à bon escient.

La victoire au bout des 90 minutes.

Un nouveau slalom spécial lensois dans la surface fait frissonner le stade. Une tête piquée de Nabab rate le cadre sur une superbe passe piquée de Ziani à la 29e.

Ce temps fort orléanais est stoppé par une main lensoise, oubliée sans doute par compensation. À la 32e, un nouveau corner orléanais ne donne rien. Seuls les cartons jaunes se ramassent à la pelle et ouvrent la marque : 2-1 pour Lens à ce registre répressif de pénalités mineures.

Charbon ardent et Lens à incendie

À la 40e, Orléans rate l’immanquable : Nabab prolonge pour Armand qui tacle à côté du poteau, et on commence à se dire qu’il est revenu le temps de la maladresse fatale. Dans la minute suivante, Armand s’effondre, et l’absence de fair-play lensois provoque une échauffourée digne des quinzistes. Ligoule a encore le temps de faire une reprise qui file devant le but. L’arbitre se précipite de renvoyer les 22 acteurs au vestiaire.

Barres à mine et silicose vallée

La 2e mi-temps démarre sur les chapeaux de roue avec une occasion franche pour chaque formation, et à la 48e une magnifique frappe d’Armand qui hésite à entrer dans le but après avoir heurté l’angle de la barre.

Enfin Nabab libère la liesse de la foule, bien aidé par une faute de main du malheureux Douchez à la 52e. Une minute plus tard, l’ancien portier parisien se rattrape face à Armand, juste avant un but refusé pour un hors-jeu du dernier Nabab. Le match s’enflamme comme une lampe de mineur devant les 6 000 spectateurs.

Coup de grisou

Orléans a joué collectif.

Ziani en retrouve ses jambes de 20 ans pendant que l’entraîneur lensois tente de changer ses batteries. À la 65e Youssouf obtient un beau corner, mais sans conséquences. Orléans plie dangereusement, mais ne rompt pas, et se procure même de belles occasions. À la 68e, Armand fait une offrande à Nabab qui frappe au-dessus. Youssouf assure, lui derrière et Baretto devant, mais la fatigue crée des espaces en faveur du onze rouge et or.

Ziani multiplie les dribbles et une main lensoise provoque l’incontestable penalty à la 82e, que Ziani en personne se charge de transformer superbement : 2-0 !

Les hauts du coeur de France

 A la 88e Sissoko sauve son but, mais ne peut empêcher Lens de revenir à une longueur et d’espérer deux minutes plus tard. C’est à nouveau à Douchez de sauver son camp dans le temps additionnel sur une belle frappe puissante de Youssouf.

Les crampes surviennent enfin avec la joie de la libération, qui vient toujours après les peines. Les joueurs des Hauts-de-France restent au pied du podium, ceux de la Loire moyenne sortent la tête de l’eau, au-dessus de l’étiage du barragiste, et fêtent avec leurs supporters heureux le printemps qui bourgeonne déjà au coeur des guépins. 4 victoires en 5 matchs, la pente est encore raide, le chemin est long, mais la voie du Nord est libre.

Une bonne leçon de maintien au coeur des vacances scolaires.

Paul de la Jozonnière

 US Orléans Loiret Football 2-1 Racing Club de Lens

Buteurs : Nabab (52ème) et Ziani (82ème) pour Orléans ; Habibou (87ème) pour Lens.

Composition de l’USO : Sissoko, Youssouf, Chemin, Belkalem, Pinaud, Nabab, Bouby, Ligoule (c), Ziani (Sami, 85ème), Barreto, Armand (N’Goma, 75ème).

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail