Fièvre hexagonale

Pierre Allorant.

Au temps lointains de VGE, quand la France du foot retrouvait les couleurs de sa gloire champenoise grâce à l’aventure des Verts, les commentaires peu châtiés de Thierry Roland évoquaient les « 4 coins de l’hexagone », en hommage involontaire à une chanson engagée de Renaud.

Si la déferlante populiste en Europe sonne comme une victime posthume du chauvin compère de Jean-Michel Larqué, le paysage politique français a bien retrouvé six côtés, renouant avec la « chambre hexagonale » de la IVe République, marquée par la double opposition au régime des gaullistes et des communistes. Aujourd’hui, la firme familiale Le Pen et France insoumise usent d’une même posture hors système

Information pénale et avatar

La semaine qui vient de s’écouler a été sinon décisive – on ne le saura que le 23 avril au soir – en tout cas fondamentale. Dorénavant, le décor est planté, tous les candidats connus et leurs soutiens déterminés. Comme le plus souvent avec un premier tour en avril, la décantation se produit fin février, mais ce n’est pas pour autant que le vainqueur nous est déjà livré.

À droite et à l’extrême droite, la clarification est faite de longue date, à défaut d’assainissement : l’autocratie et les primaires ont dégagé des candidats indéboulonnables, même en cas de sortie de route judiciaire, avec pour points communs le recours aux assistants fictifs et le discours de contestation de la légitimité de l’autorité judiciaire.

Au moins, les électeurs sont informés, mais les candidats peuvent compter sur un socle stable d’électeurs bien réels. En dépit de l’accumulation des affaires, de l’abus de biens mal acquis socialement, le quart et le cinquième du corps électoral semblent déterminés à ne pas tenir compte des lourds soupçons de déficit de moralité publique. Pour autant, ce n’est plus le François Fillon propulsé fin novembre, mais son avatar, un mixte du Sarkozy sécuritaire et du modérantisme de Juppé sur la Sécu, bref un candidat qui a perdu tout à la fois originalité, crédibilité sur ses convictions et sur son éthique.

Mariage pour (presque) tous

Face à la perspective d’un second tour « horribilis », les protagonistes du centre et de la gauche ont enfin pris conscience de l’urgence de faire bouger les lignes, tant la persistance des divisions scellerait leur absence le 7 mai et en conséquence, une crise démocratique majeure, ouvrant la porte vers le pire : une abstention record, voire une victoire par défaut, par l’absurde, du repli nauséabond couplé au naufrage économique.

Mais ce mouvement bien venu de simplification reste différencié : la conjonction des centres, le jeune amiénois et le cœur fidèle Palois, est entièrement réalisé, en un salutaire contrat de génération qui n’est pas un « ticket », assemblage voué à l’échec depuis le fiasco Defferre-Mendès de 1969. Mais ce rajeunissement-renouvellement, c’est précisément ce à quoi se refuse l’insoumis, qui fait front à la retraite et préfère garder sa part de marché du ministère de la parole protestataire (son socle de 11 % de 2012) plutôt que de donner à la gauche écologiste et sociale une chance réelle de gagner. Face aux enjeux, une obstination égotiste digne d’un copilote de pédalo, incapable de prendre le quart – le seuil d’accès au second tour.

Vérité et Justice

Malgré tout, dans un paysage fragmenté, les deux regroupements opérés sont salutaires pour la clarté des débats, car rien n’opposait sur le fond les deux candidats européens, centristes et libéraux, de même que les deux porteurs de l’écolo-socialisme. Désormais, la dynamique et la logique poussent à un affrontement final inédit opposant le rassemblement des progressistes aux thuriféraires français de Trump et de Poutine, en ces temps de « post-vérité » triomphante. Bref, une certaine idée de la France, de ses valeurs et de ses institutions démocratiques, Justice et Information comprises. Un vocabulaire et un clivage très familiers, il y a 120 ans, aux contemporains de « J’accuse ».

Pierre Allorant.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Si M. Allorant se réjouit de l’alliance hypocrite entre Macron et Bayrou (il suffit de relire les déclarations et jugements tranchants de Bayrou au sujet de Macron !), grand bien lui fasse. Chacun ses goûts !
    Mais pourquoi diable faut-il qu’il insulte ainsi Jean-Luc Mélenchon (le rejetant dans le même sac d’infamie que Marine Le Pen, cédant à la facilité de l’amalgame primaire) ?
    Et pourquoi donc faudrait-il que ce soit celui qui tente depuis quatorze ans de ramener les socialistes vers leurs fondamentaux véritablement de gauche, pourquoi faudrait-il que ce soit précisément lui qui se retire au profit de Benoît Hamon, gentil garçon au demeurant, mais qui ne fera guère le poids par la suite ?
    Et si M. Allorant voulait bien se donner la peine d’ouvrir les yeux, il trouverait l’explication de la catastrophe qui s’annonce dans les dérives et renoncements successifs du PS depuis des années qui ont tué l’image de la Gauche et favorisé l’émergence du FN. Là sont les coupables, ne lui déplaise !

  2. On a toujours du mal à savoir où veut en venir monsieur Allorant dans ses billets de politologue courtisé par la PQR !!
    Ça part dans tous les sens et le style l’emporte sur le fond.

  3. Comme accoutumé ton billet est coruscant. Mais c’est après l’élection présidentielle que cela va devenir scabreux : quelques soit le vainqueur, il lui sera bien difficile, voire impossible de trouver une majorité pour gouverner…
    JP Briand

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail