Ironie gouvernementale devant « la guerre civile » de François Fillon

François Fillon en pleine dégustation du brie de Meaux avec son ancien rival Jean-François Copé.

Englué dans le  « Penelope gate » et dépassé dans les sondages par Marine Le Pen  et Emmanuel Macron, François Fillon s’est lancé dans une contre-attaque qu’il voulait offensive. En visite pré-électorale à Meaux en Seine-et-Marne, dont son ancien rival à la primaire, François Copé, est le maire, il a dénoncé un climat de « quasi guerre civile » entretenu selon lui par le gouvernement.  « Je combats le Front national de toutes mes forces mais je ne peux pas accepter que des autocars soient pris d’assaut sur l’autoroute comme si on était au Far-West. J’ai déjà alerté Bernard Cazeneuve plusieurs fois sur la passivité du gouvernement et les événements qui se sont produits à Nantes samedi et dimanche sont inacceptables » a-t-il lancé,  se faisant du coup l’écho de Donald Trump.. 

« Solennellement » accusé, le ministre de l’Intérieur déambulant dans les allées du Salon International de l‘Agriculture, pince sans rire mais très ferme, a renvoyé à la volée « Je peux comprendre que certains candidats soient tentés de dissimuler derrière des polémiques une difficulté à faire campagne. Mais employer le terme de ‘quasi guerre civile’, ce n’est tout simplement pas responsable ». Une ironie reprise par le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas  en référence aux accusations de François Fillon sur une prétendue manipulation de la justice : « Franchement, quasi guerre civile…. Hier il nous disait ‘coup d’État institutionnel’. Demain il nous dira quoi ? Extermination des programmes ? Holocauste des candidats? » s’est-il exclamé.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail