“Ludwig, un roi sur la lune”: initiation à la folie

“Si un homme qui se croit un roi est fou, un roi qui se croit un roi ne l’est pas moins.”
Jacques Lacan
à propos de Louis II de Bavière “Propos sur la causalité psychique“, in Ecrits, Le Seuil


Devant un public majoritairement composé de jeunes lycéens, la représentation de “Ludwig, un roi sur la lune”, proposée par le CDN d’Orléans ce vendredi soir, offrait un troublant visage de la folie dans l’exploration du personnage de Louis II de Bavière, le roi fou. Car les six acteurs de l’Atelier Catalyse dirigés par Madeleine Louarn sont tous ce que l’on appelle communément des “handicapés mentaux”. Et par une sorte de mise en abime, le texte écrit par Frédéric Vossier trouve dans cette interprétation décalée, une forme de sensibilité particulière à la fragilité mentale des comédiens.

Le récit erratique du personnage de Ludwig nous plonge dans un monde extravagant où l’on croise Wagner et une certaine Sissi, quelques valets de chambre à moins que ce ne soient des ministres qui subissent ses caprices, la souffrance grandissante d’un homme hanté par la nuit et désespéré par la beauté. L’extraordinaire travail des comédiens pour restituer ce texte poétique met en scène une sorte de théâtre “brut” comme l’on parle d’art brut, avec cette légère imprécision perceptible du jeu qui nous ouvre sur le monde particulier de la maladie mentale. Et sur une musique interprétée sur scène, nos six comédiens vont exécuter de lentes chorégraphies costumées, nous entrainant dans un fantastique théâtral habité par ce fantôme dédoublé du roi fou, dont on pénètre, par une sorte d’identification sensible, l’univers mental comme l’on se penche au dessus d’un précipice…

Quelle formidable leçon d’humanité dans ce lien entre le roi de Bavière et et ces six comédiens,  surmontant leur handicap pour nous parler d’un monde étrange qui subjugue notre raison.

Gérard Poitou

“Ludwig, un roi sur la lune”

Texte Frédéric Vossier
Mise en scène Madeleine Louarn
Dramaturgie Pierre Chevallier
Musique Rodolphe Burger
Chorégraphie Loïc Touzé, Agnieszka Ryszkiewicz
Scénographie Marc Lainé
Lumière Michel Bertrand
Costumes Claire Raison

Avec les comédiens de l’atelier Catalyse : Tristan Cantin, Guillaume Drouadaine, Christian Lizet, Christelle Podeur, Jean-Claude Pouliquen, Sylvain Robic
et les musiciens Rodolphe Burger, Julien Perraudeau

Créé au Festival d’Avignon 2016

Représentations du 2 au 4 mars 2017 au CDN Orléans

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. “tous ce que l’on appelle communément des “handicapés mentaux”…

    Je m’interroge sur le concept de “handicap mental”. Cela recouvre des formes tellement diverses que je préfère parler de handicap, sans rien d’autre au bout. Pour avoir vu le spectacle, j’ai du mal à associer le mot “mental” au handicap de ces acteurs exceptionnels dans leur diversité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *