Imperturbable, François Fillon s’impose aux Républicains

En début de journée, c’est la pagaille chez les Républicains. Une lancinante question les agite : comment maintenir l’unité tant les prises de position divergent et fourmillent les déclarations contradictoires ?

Lors du rassemblement en faveur de François Fillon au Trocadéro, à Paris, le 5 mars 2017.

Le débat est loin de s’apaiser avec le renoncement définitif d’Alain Juppé à remplacer François Fillon. En milieu de matinée, le maire de Bordeaux fustige « l’obstination »  de François Fillon « dans l’impasse en raison de son système de défense fondé sur la dénonciation d’un prétendu complot et d’une volonté d’assassinat politique ». Le sage bordelais ne sera pas candidat dans un panorama qu’il décrit : « une gauche déboussolée, un FN qui conduit au désastre, un Emmanuel Macron dont l’immaturité politique et la légèreté du projet ne pourront faire toujours illusion, quant à nous, la droite et le centre quel gâchis ! ».

Nicolas Sarkozy en coulisse

Nicolas Sarkozy

Éliminé au premier tour de la primaire de la droite et du centre, l’ex Président de la République est devenu le  recours vers lequel convergent toutes les demandes de conseils, de décisions ou  d’analyses  concernant cette campagne présidentielle  compliquée par l’affaire Fillon. En coulisses il est à la manœuvre et pousse son poulain François Baroin. Consulté à plusieurs reprises par François Fillon, par Alain Juppé, par Gérard Larcher le président du Sénat, ou encore  par Bernard Accoyer, le secrétaire général des Républicains, devant la réussite du rassemblement au Trocadéro, même si les Fillonistes ont démesurément gonflé les chiffres des présents, l’ex Président de la République est sorti de sa position  de conseiller de l’ombre pour faire une déclaration officielle.

Par un communiqué de presse, Nicolas Sarkozy  propose, ce lundi 6 mars, à François Fillon et Alain Juppé de se rencontrer  « pour trouver une voie de sortie digne et crédible à une situation qui ne peut plus durer et crée un trouble profond malaise chez les Français ».  Il ne cache pas que « le plus difficile sera de se mettre d’accord sur une procédure pour remplacer l’actuel candidat. Il ne nous reste pas plus de quinze jours, après, cela sera trop tard. La ligne politique de Fillon est la bonne mais ce dernier ne peut plus assurer l’unité de la famille politique de la droite »,  reconnait-il en  songeant à François Baroin présent au Trocadéro  poussé  en avant par  une partie des Sarkozistes et par Nicolas Sarkozy lui-même. Pas assez pour perturber  le «  candidat du peuple ».

Fini les plans B

Un comité politique des Républicains se tient en fin d’après-midi pour examiner la situation en présence de François Fillon et trouver une solution. Avant qu’il s’ouvre, le candidat controversé  publie un communiqué  dans lequel il affirme :  « il n’y a pas de plan B » et il  exhorte ses troupes « à se rassembler derrière sa candidature ».

Dès lors il est clair que le vainqueur de la primaire n’envisage pas de se retirer. À la sortie du comité, Gérard Larcher  au nom de l’ensemble des participants  et de son parti  déclare qu’il y a unanimité du  comité politique derrière François Fillon : « le débat est clos. Il faut maintenant se rassembler. Les sondages sont mauvais. Il y a beaucoup à faire » et sans doute un ticket Fillon- Baroin (l’œil de Nicolas Sarkozy) qui se met en place pour assurer l’unité des Républicains. Le candidat François Fillon l’a emporté et tiendra meeting, comme prévu, au Zénith d’Orléans le 7 mars à 19h.

F.C.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Les ” Republicains” étaient au bord du précipice mais en confirmant Fillon ils ont fait un grand pas en avant

  2. “Un grand pas en avant” vers le discours FN comme en témoigne le tract distribué dans les boites aux lettres samedi dernier , à Olivet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail