Meeting de François Fillon à Orléans : la bataille des chiffres

(c) Marine-Line Bonneau.

Il fallait s’y attendre, il est assez difficile de savoir avec exactitude l’estimation du nombre de personnes venues au meeting de François Fillon au Zénith d’Orléans mardi 7 mars. 2.500 ? 3.000 ? 3.500 ?

Ou… 4.002, très précisément, grâce à un “compteur” à l’entrée. “4.002, sans les élus”, évoque cette… élue de Loir-et-Cher sur le réseau Facebook. Information pour l’instant non confirmée par les organisateurs (mais la situation peut évoluer).

Une chose était, au moins jusqu’à 19 heures, certaine : le Zénith avait été préparé pour “3.000 à 3.500 personnes” (sur une jauge totale de 6.900 places). Les gradins étaient pleins, mais les abords des sièges au parterre étaient très dégagés, permettant de circuler très facilement.

Résumons : les organisateurs annoncent “4.002”, au compteur. La République du Centre – qu’on n’accusera pas d’être plus filloniste que le roi – annonce “4.200”. D’autres médias loirétains “3.000”. Le Point : “plus de 3.500 personnes”. Les renseignements territoriaux (ex-RG) annonçaient dans la soirée “environ 3.000, maximum 3.500”. De son côté, François Fillon ne nous est pas d’une grande aide : selon lui, il y avait “200.000” personnes au Trocadéro (la réalité est plus proche de 50.000, au regard de la configuration urbaine de la place), inutile de lui demander pour mardi soir. La vérité est, comme d’habitude, “aux environs de” et “au milieu de tout cela”. Bref, comme disait ma grand-mère : “y avait du monde !”.

F.S.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Le chiffre exact importe moins que “l’absolution” accordée par tous ces “militants” à un candidat qui n’est plus “immaculé” ! Il ne faudrait pas que le populisme du “Tous Pourris” se transforme en un fatalisme du genre : “Lui ou un Autre” ? La démocratie en prendrait encore un “sacré” coup, sans parler de la Morale (pas seulement chrétienne) !

  2. Lors de sa traversée du désert en janvier 2016, Fillon se présentait à Orléans, entre S. Grouard et F. Montillot. Pour amorcer son intervention à Orléans, le 7 mars 2017, le même François Fillon cite une vingtaine de personnes d’Orléans et d’ailleurs. On n’entend pas prononcer le nom du remarquable adjoint Florent MONTILLOT. Quand on est parjure, on peut aussi être mesquin. Cela ne s’oublie pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail