“Hidden figures”*, l’espace des femmes

Savez-vous pourquoi les soviétiques ont su envoyer Gagarine en orbite avant les américains ? Parce que les toilettes pour personnes de couleur se trouvaient à des miles de la salle de calcul des trajectoires des capsules spatiales de la NASA, et que la seule personne capable de calculer cette équation cruciale pour un vol habité, perdait chaque jour un temps précieux à s’y rendre car elle était noire et femme… Voilà un peu vite résumé ce biopic qui nous dévoile le destin réel de trois femmes noires américaines, impliquées dans la conquête de l’espace par les américains jusqu’à leur triomphale conquête de la lune par la NASA.


Étaient-elles amies ? se sont-elles mariées ? ont-elles eu des enfants ? le film nous offre comme toujours, c’est la loi du genre, des réponses plus ou moins fondées sur la vie privée de ces trois femmes, mais peu importe, le récit de leurs trois combats, de chacune d’elle pour la reconnaissance de son travail et de sa compétence scientifique, et l’hommage que leur rend ce film en soulignant le rôle déterminant qu’elles ont pu jouer dans cette formidable conquête du ciel devenue quasiment légendaire dans l’histoire contemporaine des États-Unis, sont une nouvelle fois l’occasion de dénoncer le lien profond entre racisme et sexisme.

Et ce film est vraiment une illustration de ce génie propre au cinéma américain, dans cette double capacité à décrire le combat de ces femmes noires, leur humiliation quotidienne par des blancs globalement racistes et sexistes, se heurtant inlassablement au mur de la ségrégation, leur courage à affronter ces difficultés avec une désarmante constance, et ensuite, à réinscrire ce combat dans la grande saga des années Kennedy,  illustrée par la conquête de cette nouvelle frontière spatiale.
“Hidden figures” nous fait prendre conscience, volontairement ou involontairement de deux choses: l’extraordinaire moteur de progrès social induit par la rivalité est/ouest, obligeant  l’Amérique à dépasser les schémas réactionnaires dans lesquels elle semble retomber aujourd’hui, mais aussi et surtout cette incroyable capacité de son cinéma, à faire de son passé récent, dans une approche critique sans concession, un réservoir de fictions dans lequel la ségrégation raciale tient une place considérable.

Le jour où notre cinéma national, l’un des plus prolixes au monde parait-il, sera capable de prendre à bras le corps notre histoire contemporaine pour nous parler par exemple de la colonisation, nous aurons sans doute fait un grand pas en avant dans notre rapport à notre passé…

Gérard Poitou

*Hidden figures signifie bien “figures cachées” et non pas de “l’ombre” comme le traduit improprement le titre français.

“Hidden Figures” un film de Theodore Melfi  2 h 06

Avec Taraji P. Tenson, Octavia Spencer, Janelle Monge
 

 
 
 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail