Chambord : la belle renaissance des jardins à la française…

Imaginés sous Louis XIV, sur un dessin réalisé en 1734, les jardins à la française de Chambord ont existé pendant plus de deux siècles avant de disparaître progressivement dans l’entre-deux guerres. Dès 1682 existait d’ailleurs un jardin à cet endroit-là, à savoir le parterre nord du château. En 2017, ils opèrent une renaissance qui ne devrait pas passer inaperçue aux yeux du monde entier.

(c) Léonard de Serres.

Les jardins à la française du Domaine national de Chambord occupent en tout 6,5 hectares au pied de la façade nord du château. Les chiffres sont éloquents : plus de 600 arbres, 800 arbustes, 200 rosiers, 15.250 plantes délimitant les bordures, 18.874 m² de pelouses. Le chantier s’est déroulé d’août à fin décembre 2016. Commandé par le domaine national de Chambord à l’initiative de son directeur général Jean d’Haussonville, le projet a été validé en son principe par le Président de la République lors de sa visite à en décembre 2014, et sur le plan scientifique par la commission nationale des monuments historiques en février 2015.

Il a reçu le soutien du mécénat de Stephen Schwarzman (président du géant mondial de la finance Blackstone, mécène du Louvre et des Arts décoratifs à Paris), philanthrope américain engagé dans la préservation de l’héritage culturel universel. Il a apporté 3,5 M€ pour ce projet. Seize années d’études et croisements de données scientifiques à partir d’archives, plans anciens, gravures et recherches archéologiques ont confirmé très précisément les emplacements figurant dans les plans du XVIIIe siècle. Mais le projet a finalement été rondement mené : l’idée, comme une petite graine, a germé – c’est le cas de dire – en 2010, et sept ans après les jardins ouvrent au public !

Les jardins seront ouverts au public à partir du 20 mars.

F.S.

La grande promenade de Chambord :

Mis en service début mai prochain, ce réseau pédestre et cyclable est accessible depuis le château sans avoir besoin de reprendre sa voiture. Il s’étend sur la partie est et sud du Domaine, portant ainsi la surface totale ouverte au public depuis le château à 600 hectares. Cette promenade s’étend des anciennes terres agricoles de la ferme de l’Ormetrou (où sont désormais plantées les vignes de Chambord), jusqu’aux routes de Huisseau-sur-Cosson et Bracieux en passant par l’étang de la Faisanderie et par un pont peu connu franchissant le grand fossé. Une autre portion, plus forestière et à la végétation diversifiée se trouve entre les routes de Bracieux et de Thoury, passant par l’étang des Bonshommes et un retour par le pont de la Canardière, offre une belle perspective sur la façade sud du château. C’est un parcours d’une dizaine de kilomètres mais qui peut aisément être fractionné.

 

Afficher les commentaires