Elections legislatives - Les resultats en temps reel

Présidentielle: Christophe Chaillou, le dilemme d’un socialiste

Le maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle (près d’Orléans) illustre à la perfection le dilemme dans lequel se trouvent ces élus (et électeurs) socialistes de toujours qui hésitent au premier tour entre un vote pour Benoit Hamon ou en faveur d’Emmanuel Macron. Maire PS depuis 1998, Christophe Chaillou, conseiller départemental, pour la première fois de sa vie militante, n’a pas parrainé le candidat de son parti. Il prendra sa décision la semaine prochaine sans doute. Dans cette interview vérité, Christophe Chaillou raconte comment il assiste à la défiance qui monte envers les élus, les responsables, jusque dans les couches sociales jusqu’ici les plus préservées du populisme.

Christophe Chaillou, cette campagne est marquée par les affaires mais aussi par une montée du populisme, comme le ressentez-vous sur le terrain, depuis des mois?

C’est un phénomène qui ne date pas de la présidentielle 2017. Dès la campagne de 2012, on ressentait déjà le début d’un mouvement. Il a été occulté par un phénomène anti-Sarkozy mais les campagnes qui ont suivi notamment celle des régionales l’ont confirmé.  Je le ressens au quotidien.

Comment cela se traduit-il ?

D’abord par une distance très forte avec les responsables, les élus, même si nous avons la chance, nous les élus locaux, d’être un peu préservé. On est passé d’un système de confiance à un système de défiance. Par principe on se méfie de la réponse publique. Dès que l’on essaye d’expliquer des choses parfois compliquées, certains se refusent à essayer de comprendre et disent « c’est parce que vous voulez nous embobiner, ne pas régler le problème». Ils déplorent le manque de réponse simpliste. L’intérêt général n’est plus une notion vraiment partagée. C’est chacun pour soi et il faut trouver des boucs émissaires.  Le climat s’inscrit dans un mouvement beaucoup plus lointain et profond.

La classe politique va-t-elle, toujours à l’aune de votre expérience de terrain, être discréditée par les affaires en cours, est-ce un accélérateur de populisme ?

En tous cas cela le conforte. C’est un argument supplémentaire pour ceux qui considèrent que tout le monde est pourri. Les affaires récentes font réagir en ce sens des populations qui jusqu’ici étaient un peu préservées. Des personnes plutôt socialement intégrées qui travaillent, n’ayant pas de problème majeur, et même des gens des classes moyennes supérieures prennent maintenant leurs distances.

Cela risque-t-il de se traduire dans les urnes ?

Oui, il y aura de l’abstention, des gens paumés qui ne veulent pas aller voter, et clairement, cela favorise la candidate d’extrême-droite. Pourtant, elle-même est concernée par les affaires mais elle est quelque part exonérée parce qu’elle donne le sentiment de parler de problème auxquels les autres ne veulent pas être confrontés.

Manuel Valls vient d’être épinglé par la haute autorité de la primaire de la gauche pour n’avoir pas parrainé Benoit Hamon. C’est aussi votre cas, pourquoi ?

Je n’étais pas candidat à la primaire, je ne me suis pas engagé à parrainer qui que ce soit. Cela dit, c’est la première fois que je ne signe pas pour le candidat de mon parti. En tant que maire, j’ai parrainé Lionel Jospin, Ségolène Royal et François Hollande. Honnêtement je ne me suis pas senti en situation de pouvoir parrainer Benoit Hamon. Ce qui  pour moi est un vrai dilemme. Je suis profondément attaché à ma famille politique, c’est un engagement de toujours.

Pourquoi n’avoir pas signé?

Les positions de Benoit Hamon, la façon dont il a amorcé sa campagne, les thématiques sur lesquelles il s’appuie, j’ai du mal à accrocher. Pour l’instant je n’ai pas encore définitivement tranché sur le sens de mon vote. Pour les parrainages il n’avait pas besoin du mien et il n’a pas fait grand-chose pour qu’on se retrouve autour de lui. On est nombreux dans ce cas là. Mais ce n’est pas parce qu’on ne le parraine pas que l’on ne votera pas pour lui. Je n’ai pas tranché.

Vous la prendrez quand, cette décision ?

Très bientôt. Je suis surpris du nombre de gens autour de moi, comme il y a dix jours sur le marché de la Madeleine, qui m’interrogent qui me disent « aidez-nous », car ils sont dans le même dilemme que moi. Ils veulent savoir ce que leur maire va faire. Ils hésitent. Et ils me disent aussi, ce que je partage, « on n’a vraiment pas envie d’avoir à choisir entre Le Pen et Fillon ».  Cette tentation du vote utile existe dans l’électorat de gauche. Et la plupart de ceux que j’ai vus m’ont dit qu’ils allaient probablement voter Macron. Parce qu’il apparait comme le candidat le plus crédible en terme de projets, mais aussi celui qui est en mesure d’être au second tour, ce qui n’est pas aujourd’hui malheureusement le cas de Benoit Hamon. Pour autant les gens ne sont pas des macronistes, ils sont conscients aussi de limites du candidat. – Il va y avoir dans les jours qui viennent un certain nombre d’évolution qui vont clarifier le paysage. A un moment donné la question de l’efficacité du vote va amener un certain nombre de personnes à se positionner…

C’est-à-dire après Jean-Yves le Drian, d’autres ministres vont soutenir Macron, François Hollande lui-même… ?

Jean-Yves Le Drian

Un certain nombre de ministres dans les jours qui viennent vont prendre des positions très claires. Nous sommes à une période où les votes se cristallisent. J’attendais du débat télévisé qu’il nous permette de nous orienter, cela n’a pas été le cas. En de nombreuses années de militantisme je n’ai jamais vu une campagne comme celle-ci.

Un regret que François Hollande n’y soit pas allé.

J’étais de ceux – et nous n’étions pas nombreux – qui estimions que, dans la logique des institutions de la cinquième, il fallait que le président y aille sans passer par la primaire. Benoit Hamon a eu le mérite de renouveler les thématiques et de parler avec les partenaires à gauche dont les verts. Mais il a donné l’impression qu’il s’adressait plus aux Verts et à Mélenchon qu’au cœur même de l’électorat du Parti socialiste.

Benoit Hamon est pourtant légitime… ?

Il a toute légitimité à être le candidat du PS. Mais son programme n’a jamais été débattu entre nous au PS, on n’a pas validé la fin du nucléaire, le cannabis, le revenu universel. Cette dernière mesure, c’est de la théorie. En pratique c’est infaisable. C’est mal perçu par les gens qui travaillent, qui ne gagnent pas beaucoup. Et puis cette attitude de Benoit Hamon de nier tout ce qui a été fait depuis cinq ans…

Un regret de ne pas être allé aux législatives et d’en découdre avec un sortant proche de François Fillon ?

Non, il faut essayer de passer à autre chose, il y a un souhait de renouvellement et puis il faut la motivation, il faut avoir envie de s’engager, de proposer des choses avec lesquelles on est en phase. Je ne sais pas encore pour qui je vais voter. Si j’étais candidat je serais dans une situation paradoxale. Je devrais logiquement être amené à soutenir les propositions du candidat. Or ce n’est pas mon cas aujourd’hui.

Mais qui allez vous soutenir aux législatives, Jean-Philippe Grand (EELV)… ?

Je déconnecte les deux, présidentielle et législatives. Je serai fidèle à mon territoire et à mes engagements vis-à-vis des électeurs. Le moment du choix n’est pas encore fait, les choses ne sont pas actées. Je veux le faire aussi en concordance avec mes deux collègues du canton, Christian Dumas (Ingré) et Nicolas Bonneau  (La Chapelle-Saint-Mesmin).

Propos recueilli par Christian Bidault

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. La gauche rose pale du Loiret fidèle à elle même. Il n’y pas de dilemme: elle a fait le choix de “En marche”depuis longtemps. Il suffit de voir la présence de représentants locaux du PS à ces “conférences” qui sont une façon habile de “sous traiter sa campagne sans vraiment le dire. Les élus du PS se justifient avec l’argument du vote utile contre un populisme qu’ils attisent avec les “affaires”.

  2. C’est assez lamentable de voir tous ces socialistes d’opérette lâcher leur candidat démocratiquement désigné. Voilà qui contribue à la dévalorisation des politiques dont on ne peut que regretter le manque de conviction. Quant au PS, il ne pourra que mieux se porter avec le départ de tous ces macronistes vers En marche.

  3. Sauf à rester aveugle, il est évident que ces membres du parti socialiste soutiens de Hollande et de Valls sont plus proches de Macron que de Hamon. Il n’y a rien de lamentable à clarifier les choses. Il y a trente ans, Garnier et Janover parlaient déjà de “deuxième droite”. Faire croire que ces élus “lâchent” leurs candidats est ridicule pour qui est lucide depuis longtemps. Que la vraie gauche s’occupe uniquement de défendre ses idées et ne trouvent pas lamentable ce qui est annoncé paradoxalement dans la même phrase comme un bienfait pour le PS !

  4. Sauf à rester aveugle, il est évident que ces membres du parti socialiste proche de Hollande et de Valls sont plus proches de Macron que de Hamon. Il n’y a rien de lamentable à clarifier les choses. Il y a trente ans, Garnier et Janover parlaient déjà de “deuxième droite”. Faire croire que ces élus “lâchent” leurs candidats est ridicule pour qui est lucide depuis longtemps. Que la vraie gauche s’occupe uniquement de défendre ses idées et ne trouve pas lamentable ce qui est annoncé paradoxalement dans la même phrase comme un bienfait pour les PS !

  5. “Oui, il y aura de l’abstention, des gens paumés qui ne veulent pas aller voter”

    Paumés, certes, qui ne veulent pas aller voter, pas si sûre, peut-être sont-ils simplement dégoûtés, fatigués, des affaires judiciaires à n’en pas finir, traduisant la déconnexion totale qui s’est établie entre les élus de haut-rangs et le peuple….

    Le profond malaise ressenti à travers le témoignage de Chaillou (c’est mon interprétation personnel), a commencé il y a bien longtemps, lorsque les partis politiques au lieu d’amener et animer des débats politique intelligents et profonds ont cessés, au profit de la politique de politiciens…

    D’autres alternatives existent, encore faudrait-il que les instances largement subventionnées par NOS impôts, respectent la charte de Munich de 1961, n’orientant pas les téléspectateurs et auditeurs là où l’on souhaite les emmener… vers Macron!

    Un parti jeune, sans dettes ni affaires judiciaires (assez rare pour être souligné), avec un homme à sa tête digne d’être un grand chef d’Etat, rappelant les principes et les fondements de notre Vème république, vous l’aurez deviner l’upr…

    Pour finir, les écolos… Certes pas tous mauvais, mais franchement comment continuer à militer pour le bien de l’U.E quand les français bafouez par 2 fois en payant l’amende de 10 millions d’euros pour le non-respect des lois européennes sur les OGM et l’introduction de ces derniers sur le territoire Français, et cela devrait laisser à réfléchir Mr Mélenchon qui souhaite piétiner la constitution française, et européenne, en oubliant certainement la merveilleuse et sans partis pris, inéluctablement, grande cour de justice européenne…

    Alors de grâce du bon sens…

    FREXIT!

    M.G

  6. Étonnant d’apprendre que le PS n’avait pas discuté les programmes de ses candidats à la primaire avant de les lancer dans la compétition, sans imaginer un seul instant que Benoît Hamon pouvait l’emporter. Quel amateurisme !

    Quant à dire que le revenu universel “c’est de la théorie” et que “c’est infaisable”, on pourrait en dire tout autant du cannabis (dépénalisé ? légalisé ?) ou de l’arrêt du nucléaire car on n’a jamais essayé, là non plus, du moins en France.

    Comme l’ont écrit certains commentateurs, beaucoup de socialistes (prétendus tels ou, du moins, non pratiquants) ont fait le choix de Macron dès le résultat du second tour de la primaire de “La belle alliance populaire” (comment ont-ils pu choisir un nom aussi nul ?)

    • Et oui, quand on fabrique de toutes pièces l’opinion publique (6 mois que l’on nous vend du le pen/macron au deuxième tour..), pas étonnant l’amateurisme que vous évoquez…

      Le revenu universel.. d’un point de vue déontologique je ne conçois pas que l’on puisse adhérer à cette théorie.

      Concernant le nucléaire, je pense qu’il serait nécessaire de sauter le pas, ceci dit, impossible de prendre un virage à 180°, sans que cela nous coûte une fortune, d’où comme le propose l’upr de faire un référendum afin de savoir ce que les français souhaitent (référendum sur l’immigration ainsi que la dette seront proposés).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail