Elections legislatives - Les resultats en temps reel

Loir-et-Cher : « Un volant pour tous », une filière proposée par Frédéric Sausset

Le pilote automobile loir-et-chérien Frédéric Sausset, amputé des quatre membres et qui a bouclé en juin 2016 les 24 Heures du Mans à la 38e place sur prototype, a défendu l’ouverture d’une filière de prévention dans le milieu du sport automobile, à Villebarou près de Blois. Le Département, lors d’une session le 27 mars, a décidé d’y participer à hauteur de 180.000 € sur trois ans (60.000 € dès 2017), sur les 3 M€ de budget total (1,2 M€ la 1ère année).

Frédéric Sausset et M. Leroy au Conseil départemental de Loir-et-Cher, le 27 mars.

« La première étape s’était de passer le drapeau à damiers sur le circuit des 24 Heures du Mans. C’est chose faite. Maintenant il est temps de mettre en avant les possibilités pour promouvoir le handicap dans le sport automobile ; mais de rappeler aussi que la route n’est pas un circuit… ». Frédéric Sausset, amputé des quatre membres depuis juillet 2012 suite à une bactérie qui lui a développé une septicémie nécrosante, a terminé 38e au classement général de la 84e édition des 24 Heures du Mans le 24 juin dernier.  « Ça a été très compliqué, parce qu’il fallait convaincre qu’un handicapé pouvait participer aux 24 Heures du Mans. Or pour ce faire, le règlement stipule qu’en cas d’accident, un pilote doit pouvoir s’extraire de son véhicule en moins de 15 secondes. Dans mon cas, vous imaginez bien que c’était compliqué… Mais on ne s’est pas découragé, on a bossé et j’y suis arrivé, en 12 secondes… ». Depuis cet exploit – car c’en est un – son obsession est de faire participer d’autres jeunes pilotes handicapés aux compétitions de sport automobile. Pour ce faire, il a eu l’idée de créer une filière dédiée à ce projet, en Loir-et-Cher, à Villebarou près de Blois. À terme, 25 personnes – majoritairement atteintes de handicap – des ingénieurs aux techniciens en passant naturellement par les pilotes – devraient travailler à cette école de pilotage pas comme les autres, mais qui souhaite devenir « comme les autres ». « L’objectif est de présenter, en 2020, un pilote issue de la formation aux 24 Heures du Mans » explique Frédéric Sausset, lors de sa présentation aux conseillers départementaux réunis en session lundi 27 mars.

Recrutés à partir de 16 ans, sur dossier dès août prochain puis via une mise en situation sur le circuit du Mans en novembre, 25 à 30 candidats potentiels subiront une épreuve chronométrée en situation sur le circuit du Mans en novembre, de laquelle 6 candidats seront sélectionnés. La formation en tant que telle débutera en février 2018, à Villebarou, et sera gratuite. « En fin de 3e année, on gardera les trois meilleurs pour participer aux 24 Heures », explique encore Frédéric Sausset.

“La somme n’est pas faible”

En outre, « Un volant pour tous » devrait recevoir le soutien d’un grand constructeur français d’ici peu (la décision est attendue dans les jours/heures qui viennent), et aussi du soutien d’autres financeurs publics comme la Région Centre-Val de Loire. Au nom du groupe d’opposition « Loir-et-Cher Autrement », Geneviève Baraban conseillère départementale de Blois a précisé que si son groupe allait bien voter la demande de subvention de 180.000 € sur trois ans (60.000 € dès cette année), « la somme n’est pas faible. On compte sur Frédéric Sausset pour promouvoir le Loir-et-Cher. Nous espérons en effet que d’autres financements publics. Nous disons donc oui à ce beau projet, un oui, mais… Rappelons-nous que l’argent ne coule pas à flots ».

Voté à l’unanimité, la subvention à l’association Sausset Racing Team 41, pour le montage de la filière « un volant pour tous » est donc de 180.000 € sur 3 ans, sur un budget total de 3 M€ (1,2 Me la première année).

F.Sabourin.

 Le taux de fiscalité reste stable

Côté fiscalité, les 30 conseillers départementaux ont voté – à l’unanimité – le maintien du taux de la taxe sur le foncier bâti à 24,1 %. « Il y a un an, nous votions la hausse de notre fiscalité. Un choix difficile, mal compris pour certains. Mais un choix indispensable pour maintenir notre niveau d’investissement. Un an plus tard je l’affirme devant vous : nous avons fait le bon choix ! », a déclaré Maurice Leroy dans son propos liminaire à la session du 27 mars dite des « décisions modificatives ». Ressource majeure du Département, elle pèse 80 M€ dans un budget total de 404 M€.

 Hommage à Paul Martinet

La session du Conseil départemental de Loir-et-Cher du lundi 27 mars dernier a débuté, à l’invitation du président Maurice Leroy, par un hommage à Paul Martinet, décédé le 7 février dernier à l’âge de 89 ans. Ancien conseiller régional, ancien premier vice-président du Conseil général et ancien maire de Pezou, il fut une véritable figure de la vie politique loir-et-chérienne. Son engagement politique commença en 1965 (maire de Pezou), conseiller général de Morée (1977-2008) particulièrement actif sur les questions d’éducation et de formation, et des finances en tant que premier vice-président du Conseil général. De 1998 à 2004 il siégea au Conseil régional. « Homme d’écoute, de dialogue, tourné vers l’intérêt général ; un homme de bon sens qui porta une vision pour son territoire », a dit de lui Maurice Leroy, avant de faire observer à l’assemblée départementale une minute de silence.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail