Pendant la valse vers Macron, la campagne de Benoit Hamon continue

Il faut avoir la foi militante chevillée au corps pour continuer à battre la campagne en faveur de Benoit Hamon. Alors que les fuites qui ne sont plus des valses hésitations vers Emmanuel Macron continuent et en particulier celle de Manuel Valls ce mercredi matin, la campagne en faveur du vainqueur de la primaire socialiste se poursuit dans le Loiret. 

Les militants socialiste avant leur porte à porte samedi dernier.

Samedi dernier, une poignée de militants socialistes et écologistes, au premier rang desquels David Jacquet, Corinne Leveleux-Teixeira, Fany Pidoux, Marie-Emmanuelle Matet de Ruffray, Julien Lesince, s’est livrée à ne campagne de porte à porte “pour porter aux Français les propositions de Benoit Hamon”.  Selon les militants, 300 portes ont été ouvertes. Les quartiers prioritaires ont été ciblés comme les Blossières.

Vendredi prochain 31 mars, Olivier Frézot, mandataire de Benoit Hamon, donne rendez-vous aux militants et aux sympathisants à une réunion de soutien à Benoit Hamon avec Patrick Bloche, député de Paris, salle Albert Camus, place du champs St Marc à Orléans (20h 30). 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. « Il faut avoir la foi militante chevillée au corps pour continuer à battre la campagne en faveur de Benoit Hamon. » écrivez vous. Allons donc !
    En groupe, tracter en ce début de printemps, ce n’est tout de même pas la galère. Il y a le petit frisson à chaque porte qui s’ouvre. Le sentiment de participer au changement du monde en marche même quand son candidat favori les descends. Regardez leurs sourires joyeux sur la photo.
    Les rebuffades deviennent souvenirs glorieux.
    Mon grand père, militant communiste chevronné aimait, en début de campagne de reprise des cartes, enseigner l’art de la distribution des tracts à de jeunes militantes effarouchées. J’ai appris qu’il en tirait aussi quelques bénéfices. Du gagnant-gagnant déjà. Le parti était alors dans la pente de sa descente aux enfers des urnes. La vie militante est ainsi faite. Le plaisir se prend sur le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail