Chaumont-sur-Loire : l’art contemporain s’expose, naturellement

Le coup d’envoi de la 9e saison d’art contemporain du Domaine de Chaumont-sur-Loire a été donné vendredi 31 mars par Chantal Colleu-Dumond, directrice du Domaine, en présence de François Bonneau président de Région et de nombreux invités. La présence des artistes maîtres d’œuvres permet aux visiteurs, ce jour-là, de goûter l’élixir du secret des créations.

F. Bonneau, Chantal Colleu-Dumond, et le galeriste Claude Bernard.

C’est désormais un évènement aussi attendu que l’ouverture du Festival international des jardins du Domaine de Chaumont-sur-Loire : la saison d’art contemporain, quelques semaines plus tôt, permet déjà de profiter d’un lieu unique où art et culture se mélangent au milieu d’un patrimoine riche de cinq siècles d’histoire. Vendredi 31 mars, en présence de François Bonneau président de Région, de Christelle de Crémiers sa vice-présidente déléguée au tourisme, de Pierre-Alain Roiron président du CRT (Comité régional du tourisme) et de nombreux invités, Chantal Colleu-Dumond a ouvert « le bal ». Douze artistes français et étrangers plasticiens d’art contemporain – dont la plus proche vient du Berry, Karine Bonneval et ses plantes en sucre moulé – ont pris place dans la cour de la ferme, le château, les anciennes écuries du Domaine régional de Chaumont-sur-Loire. 

Sheila Hicks, et François Bonneau.

Et quel bal ! Sans être exhaustifs, on peut citer la présence cette année de l’artiste américaine de renommée internationale Sheila Hicks (née en 1934 au Nebraska), avec laquelle la tapisserie a quitté les murs pour devenir œuvre d’art à part entière. Comme un peintre use des gouaches, elle utilise la matière textile (laine, lin, etc.) avec une virtuosité phénoménale. Dans la galerie du Fenil, la commande spéciale de la Région Centre-Val de Loire « Glossolalia » fera sûrement date, alors que l’artiste ne s’envole dans un mois comme invitée de la Biennale de Venise et en 2018… au Centre Georges-Pompidou.

Les « Arborescences » du très rare Sam Szafran, dans le château, feront également probablement tourner les yeux. Artiste tout à fait atypique, hors normes, inclassable et hors courant, Sam Szafran – qui ne quitte pratiquement jamais son atelier – propose 35 œuvres faites de cascades hallucinantes de feuilles finement ciselées de monsteras, délivrant une nature complexe, concentrée en d’extraordinaires jardins suspendus. La luxuriance vertigineuse et mystérieuse de ses paysages recèle une belle puissance poétique.

Andrea Wolfensberger.

Dans la galerie haute de l’Asinerie, l’artiste plasticienne Andrea Wolfensberger (née en 1961 à Zurich), offre des variations réalisées en carton ondulé, laissant apparaître une sculpture qui semble en mouvement, comme des ondes sonores, faisant appel au déplacement des visiteurs. Dans la grange aux abeilles, Sara Favriau montre « Prologue pour une chimère », sculpture sur bois énergique et inventive, travaillant la matière jusqu’à concevoir des formes arachnéennes jouant avec l’espace.

 

“Le Nid des murmures” de Stéphane Guiran.

Mais peut-être le clou du spectacle – si on ose le dire ainsi – sera à n’en pas douter « Le Nid des murmures » de Stéphane Guiran, dans le manège des écuries. 5.000 fleurs de quartz conçues par cet artiste qui aime travailler le cristal naturel et le cristal fait par l’homme, le verre et le métal. « Les quartz viennent de l’Atlas, c’est une trouvaille un peu par hasard chez un grossiste. Il y en avait 3.000, j’en ai retenu 2.500 ». Un coup de marteau sec lui a permis de les diviser en deux, puis il les a montés sur une courte tige. Le résultat est époustouflant, amplifié par le travail sur le son, un mélange de voix d’enfants indiens (Tamouls) et des improvisations jazz de Louis Winsberg. « C’est le résultat du dialogue entre les deux », indique l’artiste lors de la présentation de son œuvre vendredi 31 mars.

Les expositions d’art contemporain du Domaine de Chaumont-sur-Loire (9e édition) sont visibles jusqu’au 5 novembre. Prochain rendez-vous : jeudi 20 avril, avec l’inauguration du Festival international des jardins, dont le thème cette année est : le Pouvoir des fleurs (Flower Power).

F.Sabourin.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail