Sous un arbre à palabres… les Voix d’Orléans

Pris par une autre conférence dans le cadre des Voix d’Orléans, son retard avait été annoncé à l’assistance avant de prendre place dans la salle de l’Institut du Conservatoire…

Ainsi donc la lecture-spectacleUn baobab dans mon salon’ a commencé vers 21h15 sans le Député-Maire, Olivier Carré, ce vendredi soir : « Dommage, c’est lui qui a commandé cette lecture-spectacle », intervient Christophe Lidon, directeur du CADO, et responsable de la mise en jeu de ce moment de théâtre écrit par Valérie Alane.

Sur scène : une longue table recouverte d’une nappe blanche autour de laquelle dîne une famille: un couple – lui, un genre de trader au chômage, la tête dans les infos télé qui passent en boucle, elle, maîtresse de maison bourgeoise qui tient autant à sa nappe qu’à son lustre – ; le frère du mari – dentiste un peu réac et raciste – et la mère des deux garçons en plein Alzheimer. 

Mais Mam’ débloque-t-elle vraiment quand elle voit jaillir Djanga de dessous la table alors qu’elle est seule ? Est-elle une réalité ou une image sortie des news de la télévision ?

Alors que les petits malheurs familiaux vont s’opposer aux grands malheurs des populations d’Afrique, la conteuse va expliquer son exil, sa fuite des conflits et de la folie meurtrière au fur et à mesure que des taches apparaissent sur la nappe immaculée.

C‘est la forêt qui progresse dans le salon (illustrée par de très beaux jeux de lumière !), la forêt protectrice de Djanga qui va raconter son histoire et celle du peuple des arbres, debout sur la table, telle un baobab dressé : « son pays riche et poétique par la nature et la faune qui ne craint que les géants qui abattent les arbres ! ». Rejetée par la famille et dérangeante, Djanga va au gré de ses histoires installer un apaisement dans la famille, permettre de recréer des liens, amener à la tolérance. 

Abordé dans le cadre des Voix d’Orléans, le thème des Frontières s’exprime ici à travers la géographie, l’exil et le refuge, l’accueil et le rejet, la guerre et la paix, le virtuel et le réel… dans un spectacle encore en chantier entre lecture et jeu, répétition et représentation.

Un très beau moment, touchant et humaniste dont on a hâte de connaître la suite.

E.B.

Un baobab dans mon salon’
Un texte de Valérie Alane mis en lecture par Christophe Lidon

http://www.orleans-metropole.fr/1496/les-voix-dorleans.htm

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail