Elections legislatives - Les resultats en temps reel

“Orpheline”, on nous cache tout !

“Orpheline” nous raconte l’histoire d’une femme sous la forme de quatre épisodes joués par quatre actrices différentes dans une temporalité à rebours, sorte d’enquête mi-psychologique mi-policière, chaque épisode expliquant le précédent dans un enchainement de causes qui vont finalement se boucler dans la dernière scène, illustrant une inexorable répétition des situations comme un éternel retour.

Ce scénario, pour le moins original, fonctionne plutôt bien d’autant qu’il est parfaitement servi par quatre actrices à l’étrange ressemblance de physique et de jeu. Mais le cinéma est un art narratif visuel qui recourt de façon courante, notamment dans sa version “policière”, au détail signifiant comme moteur du récit. Par exemple, au début du film “Orpheline”, une femme pour nous inconnue et sortant de prison, au moment de récupérer ses effets personnels, replie négligemment un porte-bébé, détail-indice que l’on retrouvera plus tard en découvrant le bébé, bouclant (“suturant” comme disaient les Cahiers du Cinéma) la présence visuelle de cet objet en lui-même insignifiant. Le cinéma devient par cette forme de narration visuelle, un art magique en induisant une causalité liée à la présence plus ou moins répétée d’objets anodins…

Mais pour revenir à “Orpheline”, la particularité assez systématique de la mise en scène de ce film consiste à initier des indices qui restent en suspend, sans jamais nous permettre de voir ce qu’ils devraient nous dire: on est aux toilettes quand il y a un meurtre, on ne regarde jamais là où il faut quand on recherche des enfants disparus, un pistolet réapparait sans explication, bref le réalisateur crée une frustration intense jusqu’à donner une impression d’amnésie dans un récit qui devient troublant par une mise en scène qui nous cache délibérément toutes certitudes qui pourraient nous rassurer.

Mais après tout, la vie n’est-elle pas elle aussi remplies de questions sans réponse ?

Gérard Poitou

“Orpheline” un film de Arnaud des Pallières  1 h 51

avec Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Solène Rigot, Vega Cuzytek

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. On ressent une certaine “frustration” de l’auteur de cet article au sortir de la salle de cinéma ?
    Peut-être que “Félicité” l’aurait mieux “ravi”, surtout avec la belle bande son de ce film ?
    Alors, à quand la séance de rattrapage et une belle critique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail