Caisse d’Epargne: des virtuoses prestigieux pour adoucir les moeurs chiffrés

Si elle avait programmé Tchaïkovski pour son concert de soirée prestige, la banque de l’écureuil aurait pu choisir Casse-Noisettes…Mais c’est une sélection bien moins “facile” qui a été donnée mardi soir à la salle de l’Institut à Orléans, un beau cadeau offert aux invités la Caisse d’Epargne Loire-Centre.

Henri Demarquette et Vanessa Benelli, sous les lustres de la salle de l’Institut à Orléans. @Didier Depoorter.

Ce concert intitulé “du romantisme à la Russie” avec des œuvres de Litz, Scriabine et Rachmaninov a réuni un duo de virtuoses de niveaux international, Vanessa Benelli Mosell au piano et Henri Demarquette au violoncelle.  Toujours en attente d’un nouveau plafond, la superbe salle de l’Institut était le lieu idéal pour récompenser les invités d’avoir ingurgité la kyrielle de chiffres et de résultats délivrés un peu plus tôt par les deux dirigeants de la banque, Nicole Etchegoïneberry et Jean Arondel, “hébergés” et accueillis au conseil régional par François Bonneau.

30 000 nouveaux clients

On retiendra quelques faits saillants en 2016 pour la Caisse d’Epargne Loire-centre qui a conquis près de 30 000 nouveaux clients pour un chiffre d’affaires de 332 millions d’euros: elle a contribué au fonds d’investissement régional de développement de l’innovation “Loire valley invest” pour deux millions d’euros; Elle a inauguré l’espace Néobusiness chez Mame à Tours, l’incubateur de start up; La Caisse d’Epargne a encore obtenu le label AFNOR pour l’égalité et la mixité; à Orléans elle a décroché l’appel d’offres pour la conception, la construction,le financement, la maintenance et l’exploitation du nouvel immeuble de la CCI à Citevolia, le quartier d’affaires en gestatiion entre Orléans et Fleury-les-Aubrais. 

Après cette cascades de résultats, il n’y avait que la musique pour adoucir ces moeurs comptables grâce aux talents impressionnants des deux musiciens, en parfaite harmonie.Tant Henri Demarquette que Vanessa Benelli Mosell, bousculent les canons classiques et pas seulement en ce qui concerne la pianiste par des tenues de soirée d’une élégance “décoiffante”, mais aussi en abordant régulièrement des oeuvres contemporaines. Mardi soir, ils ont proposé un voyage musical original, de Chopin à Rachmaninov, avec Philippe Glass en bis. Devant ce duo en parfaite harmonie, personne n’a regretté d’avoir raté le concert cacophonique à onze, donné à la télévision à la même heure.

Ch.B

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail