Elections legislatives - Les resultats en temps reel

Vel’d’Hiv: pour Hélène Mouchard-Zay, “Marine Le Pen est l’héritière de la collaboration”

Lorsqu’on lui demande sa réaction après les propos de Marine Le Pen sur la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’Hiv, Hélène Mouchard Zay, présidente à Orléans du Musée mémorial des enfants du Vel’d’Hiv (CERCIL), réitère fermement la position qu’elle avait eue le 14 février dernier: “Comment peut-elle évoquer le général de Gaulle alors que le Front national est un parti qui a été fondé notamment par des anciens collaborateurs et sympathisants du régime de Vichy. Elle est l’héritière de ces gens-là”.

Hélène Mouchard-Zay au Panthéon lors du transfert des cendres de son père.

Marine Le Pen a en effet estimé dimanche que “la France n’est pas responsable du Vel d’Hiv. S’il y a des responsable c’est ceux qui étaient au pouvoir à l’époque, ce n’est pas la France”. 

En février, Hélène Mouchard Zay, fille de Jean Zay le ministre de l’Education nationale du Front populaire, avait déjà été outrée par la récupération par Marine Le Pen d’une phrase de son père sur la laïcité, “les écoles doivent rester l’asile inviolable où les querelles des hommes ne pénètrent pas”. Alors que Marine Le Pen fait de la laïcité une “machine de guerre contre les Musulmans”, elle avait déjà estimé à l’époque, “le FN est l’héritier historique de cette extrême-droite française, maurassienne et pétainiste. Il ne s’en est jamais démarqué, et chacun peut constater l’inspiration maurassienne des idées qu’il développe”.

Depuis Chirac il n’y a plus débat là-dessus

Le Cercil à Orléans.

Pour Nathalie Grenon, la directrice du Cercil, “il n’y a plus de débat là-dessus”, depuis que Jacques Chirac en juillet 95 (qui avait ensuite inauguré le Cercil), a reconnu la responsabilité de la France dans la déportation des juifs. Sa phrase est d’ailleurs inscrite sur un mur du Cercil. Confirmée par les deux Présidents suivants, Nicolas Sarkozy et François Hollande. La France était certes à Londres avec de Gaulle mais la France c’était aussi Vichy. D’ailleurs, explique Nathalie Grenon, des lois votée sous le gouvernement de Vichy ont continué d’être appliquées bien après 1945, c’était donc bien les lois de la République, de la France. “Comment peut-on dire aux enfants qui visitent le Cercil et voient ces photos de gendarmes français qui gardent les camps de Pithiviers et Beaune, que ce n’était pas la France”, poursuit Hélène Mouchard Zay.

Du côté des politiques, Emmanuel Macron comme Christian Estrosi, entre autres, ont réagi vigoureusement à ce “révisionnisme” de Marine Le Pen, le premier a estimé qu’il s’agit “d’une faute grave”, et le second que, “Marine Le Pen rejoint son père sur le banc de l’indignité et du négationnisme”.

Ch.B

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. C’etait en Conseil Municipal de ce jour :

    Aujourd’hui avait lieu le Conseil Municipal à Orléans.

    Les élus FN se sont abstenus sur la délibération 27. Délibération 27 qui entre autres attribuaient une subvention à une association ” Le Pays où le ciel est toujours bleu”, mais aussi et surtout une subvention pour le CERCIL : Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement du Loiret…

    Voilà, voilà…

  2. A voir au CERCIL une photo de l’encadrement du camp de Beaune La Rolande où un gendarme français avait été retiré du cadrage. Malheureusement c’est aussi cela la France. Reconnaître les tords de l’État français comme l’avait fait Jacques Chirac, c’est œuvrer à ne plus revivre ces périodes noires. Nier l’évidence revient à le rendre à nouveau possible.

  3. Qui gouvernait la France ?
    -la France libre depuis Londres
    -les réseaux de résistance sur le territoire
    – et le gouvernement collabo de Pétain et autres pro nazis qui participait activement à la répression des anti nazi et à l’extermination des “minorités” (juifs, gitans, homosexuels/les…)
    donc les paroles de Lepen sont effectivement des mensonges mais comme l’affirmait Goebbels (chef de la propagande nazie) dire et redire un mensonge en fait une vérité.

  4. 100 % d’accord avec les représentantes du CERCIL
    Les camps d’internement pour les juifs et les tziganes et la livraison de quelque personne que ce soit aux Nazis est une honte pour la France, quels qu’en aient été les dirigeants.
    Et qu’on ne me dise pas que l’Etat nazi, ce n’était pas l’Allemagne. Quand un pays refuse de reconnaître les périodes noires de son histoire, il se déshonore. Voir actuellement la Turquie, toujours candidate à l’adhésion européenne.

  5. La position de Marine Le Pen sur la rafle du vel d’hiv qui fut la position officielle de la France du Général de Gaulle à François Mitterrand inclus et qui consistait à considérer que le gouvernement de Vichy était une autorité de fait dont les actes n’engageaient pas le pays, a surtout permis à l’état français d’après guerre de ne pas avoir à indemniser les victimes avec une seule parenthèse dans ce déni de justice, pour les parties civiles du procès Papon qui ont bénéficié d’une réouverture tardive et éphémère, par le Conseil d’état, de la mise en jeu de la responsabilité de l’état. La déclaration de Chirac est intervenue trop tardivement pour permettre toute action en justice. Il n’est pas que des questions de principe dans cette affaire… Au delà, Hélène Mouchard Zay a raison de rappeler quel est l’héritage du front national.

  6. le « Vel d’Hiv » ce n’était pas “LA France”
    la réponse de MLP est très censée, je ne comprends pas la polémique . La décision relevait du gouvernement en place (décret), et donc c’était bien lui-même qui engageait sa responsabilité.
    De même que par exemple en politique étrangère, c’est le Gouvernement qui engage sa responsabilité, et non “LA France”. Depuis 2011 les gouvernements Sarkozy_Juppé, puis Hollande_Fabius_Ayrault soutiennent la coalition pour renverser le régime syrien, ce n’est pas “LA France” qui le fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail