Orléans : biodiversité, foot et basket au conseil municipal

Le conseil municipal d’Orléans du 10 avril n’avait pas un ordre du jour très fourni. Cependant, la stratégie biodiversité et des subventions aux clubs sportifs (football et basket) ont animé les débats.

En sport, il faut toujours se méfier de la zone des seize mètres (au foot) et de la « raquette » (au basket) : c’est de là que partent en général les tirs les plus dangereux. Deux délibérations concernant des subventions à des clubs sportifs orléanais ont donné de l’animation à ce conseil municipal qui s’annonçait calme comme un pot au noir intertropical. L’accompagnement du club US Orléans football tout d’abord pour une convention d’objectifs Espoir (dans la perspective stratégique d’accession de l’équipe 1ère en CFA2 l’année prochaine), à hauteur de 30.000 €.

(c) V.O.

Mais ce sont surtout les 100.000 € pour l’OLB (Orléans Loiret Basket) pour assurer le maintien en championnat Pro A qui ont le plus animé le débat. Avec 1799 points et « seulement » 31 % de matchs gagnés cette saison, l’équipe OLB se classe pour l’instant avant dernière, entre Antibes et Nancy, dans la zone de relégation. Le recrutement récent de trois joueurs, pour assurer le maintien dans l’élite en compensant notamment certains joueurs blessés, a semblé nécessaire aux dirigeants du club, ce que l’histoire récente semble donner raison : menés 17-9 à la fin du premier quart temps, l’OLB s’est finalement imposée 90 à 84 contre Cholet vendredi 7 avril dernier sur son parquet. Le maintien de l’OLB en Pro A irait bien aussi au projet de Co’Met (Centre Orléans Métropole), la future grande salle-palais des congrès de 8.000 places. 

Le basket : pour le rayonnement de la métropole

« Maintenir l’équilibre financier du club est une nécessité absolue », a plaidé Michel Martin, adjoint au maire d’Orléans aux finances, « la ville d’Orléans est le 15e budget sur les 18 équipes de Pro A », la mairie met tout de même 1,2 M€ sur la table pour son club de basket. Puis il ajoute que « 9 équipes sont financées par des métropoles ou des agglomérations plutôt qu’une ville centre seule. La question pourra se poser d’un périmètre de financement plus large pour Orléans ». Michel Ricoud, élu PCF-Front de gauche au conseil municipal, s’est insurgé contre cette proposition de délibération : « Ça me choque, car il y a peut-être d’autres priorités. On est dans une démarche où tout est fric ». Une réaction qui faisait suite à celle de Corinne Leveleux-Teixeira (PS) qui considère cette décision comme n’étant pas prioritaire, et même « politique plutôt que sportive ».

« L’OLB, c’est une Société d’économie mixte, après avoir été une association, comme beaucoup de clubs sportifs. La mairie d’Orléans est actionnaire majoritaire de cette SEM. A partir du moment où vous êtes actionnaire majoritaire, il faut assumer ses devoirs », a tenté de convaincre Michel Martin, par ailleurs président du conseil de surveillance de l’OLB… « Ce club attire des milliers de personnes aux matchs », s’est enflammé Florent Montillot, « et profite au rayonnement de la métropole » a ajouté Olivier Carré. La délibération a cependant été votée, avec 8 voies contre et une abstention.

Biodiversité, jachères fleuries, et… poules

En ouverture du conseil municipal, Stéphanie Anton, maire adjointe déléguée au développement durable a présenté la « stratégie biodiversité », avec pour objectif de faire d’Orléans une « ville-jardin ». Espaces publics sans pesticides (ils seront interdits même pour les particuliers à partir de 2019), implication des habitants par des initiatives citoyennes, et appel à projets à partir de ce mois d’avril pour développer la nature en ville, lesquels, s’ils sont retenus, pourront être financés de 80 à 100 % grâce à l’enveloppe de 40.000 € débloquée pour cela. Six projets seront sélectionnés en novembre prochain ; clôture des candidatures en septembre. La biodiversité qui a visiblement inspiré l’ex maire d’Orléans et député Serge Grouard, défendant les jachères fleuries de la tangentielle (qui font “ralentir les voitures”), ou plaidant pour le recyclage des déchets par les poules. « Les poules, ça ne mange pas tout », a précisé Stéphanie Anton. Surprenant conseil municipal…

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. On nous refait le coup de l’Arena. avec la salle grande salle du projet dit CoMet (!) qui doit accueillir un club résident. Et si l’OLB descend, le délirant projet à 100 millions d’euros a du plomb dans l’aile. Pour l’heure, le Maire d’Orléans et ses équipiers accordent 100 000 euros au club de basket pour le sauver à l’heure où ils pleurent chaque jour sur la baisse des dotations et où ils baissent les subventions à des organisations humanitaires. Voilà qui donne une bonne idée de la politique de Fillon (l’homme mis en examen) que les principaux élus orléanais soutiennent : l’argent pour nos intérêts personnels et la rigueur pour les classes moyennes et modestes. Ecoeurant.

  2. Oh comme je comprends Michel Ricoud sur son opposition à cette délibération et je souhaite même qu’un recours soit formulée contre elle. Les mercenaires qui composent cette équipe font de moins en moins rayonner Orléans.
    Au rythme où vont nos clubs pro, la Co’met va abriter une équipe de Futsal…

  3. Pour le sport-spectacle, on a de l’argent à dépenser !!! par contre pour aider les plus démunis on sucre les subventions ! Bravo, c’est une belle vision politique, digne des représentants qui la mènent.

  4. le train de vie de l’OLB est choquant ! suffit d’aller voir du coté du Palais des Sports pour le constater! et tant qu’à faire , en matière de rayonnement , on aimerait que cet argent de subvention soit mieux utilisé, a commencer par l’entretien de ce Palais des sports dont l’état est indigne de l’équipement sportif d’une grande ville…Une fois de plus que les élus aillent y faire un tour

  5. Que la mairie soit actionnaire de l’OLB est bien là tout le problème non seulement du basket mais de tout le sport orléanais . Cette situation tue le sport sur Orléans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail