Incendie du camp de Grande-Synthe : après la boue, les cendres

À Grande-Synthe (Nord) dans la nuit du lundi au mardi 10-11 avril un incendie a ravagé une grande partie du camp de migrants de la Linière, situé au bord de l’autoroute A16.

Environ 1.500 réfugiés, principalement des Kurdes irakiens, y logeaient dans environ 300 cabanons en bois. Une rixe entre migrants afghans et kurdes serait à l’origine du sinistre. Selon des témoignages recueillis par l’AFP, “les Afghans étaient mécontents d’être parqués dans les cuisines collectives, tandis que les Kurdes dormaient dans les cabanons”.

Les migrants ont été évacués et sont relogés dans des hébergements d’urgence, la Ville de Grande-Synthe ayant mis à disposition deux gymnases. Venu sur place dans la nuit, Michel Lalande, le préfet du Nord a évoqué la « fin du camp, réduit à « un amas de cendres ». Il avait ouvert il y a un an en mars 2016.

Quelques semaines avant cette ouverture, Mag’Centre s’était rendu sur place, à la faveur d’un reportage à Calais et Grande-Synthe, dans l’ancien camp aux conditions sanitaires dramatiques, dans un chaos indescriptible. Le camp de la Linière, d’un coût de 3 M€, avait été financé pour partie par MSF (Médecins sans frontière, 2,5 M€) et 500.000 € par la mairie de Grande-Synthe. À l’époque, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et le Préfet du département du Nord ne voulaient pas de l’ouverture de ce camp de réfugié “officiel” sur le territoire français.

Le reportage de notre envoyé spécial à Grande-Synthe est à retrouver ici.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je serais curieux de savoir si ce type de camp peut être couvert par une assurance de responsabilité civile et d’habitation. Les occupants ne sont probablement pas assujettis à la taxe d’habitation. Pourquoi le préfet n’a-t-il pas annulé la délibération sur les 500.000 euros partis en fumée, si la ville de Grande-Synthe n’avait pas vocation à construire un camp de réfugiés ? Où ces réfugiés Khurdes et Afghans peuvent-ils aller, puisque le Royaume-Uni n’en veut pas ? Et combien encore seront-ils séduits par le mirage européen ? On n’entend pas les candidats à l’élection présidentielle sur ses sujets.

  2. vous en avez des questionnements : la prime d’assurance, le montant de la subvention (la moitié des salaires de Madame Fillon en définitive) Le Maire de Grande Synthe a édifié ces chalets pour éviter à ces familles de dormir en plein hiver sous des toiles de tentes et dans la boue ! Parce que ce sont des êtres humains, hommes, femmes, enfants fuyant la guerre, des gens qui souffrent et qui devront se passer de votre compassion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail